Se libérer du marketing : pourquoi, comment et à quel prix

se-liberer-marketing-luxe-etre-soi

© Photo reedit.com
Article écrit sur la chanson « Trustful Hands » – The Dø

 

Pour réellement déployer vos ailes
en tant que créateur et décideur visionnaire,
vous devez sortir du costume de la technique
pour incarner totalement votre destin.

 

De quoi n’avez-vous pas peur ?

Quand on est les yeux rivés sur ce qui nous empêche d’être qui on voudrait être, et de déployer son business à la dimension à laquelle on aspire secrètement, la peur est toujours la première responsable.

Pourtant, je constate que c’est ce dont on n’a pas peur qu’il faut savoir regarder en face : c’est là un élément clé pour amener votre entreprise à un tout autre niveau de croissance.

Pour ma part, j’ai réalisé cette année qu’il y a une peur que je ne connais pas (dans le business) qui m’a permis de prendre des décisions radicales et salutaires – et qui pourtant semblent tout à fait risquées sur un plan marketing, et même commercial :

  • J’ai désactivé mes comptes LinkedIn, Viadeo et Google+
  • Je n’ai participé à aucun évènement business
  • Je ne fais plus partie de réseaux d’entrepreneurs
  • Je n’ai rien publié sur mon blog pendant 3 mois et demi, parfois rien sur mes réseaux sociaux pendant 1 mois
  • J’ai arrêté tous mes formats d’accompagnement qui duraient moins de 9 mois
  • J’ai dit non à la moitié de mes prospects

Cela aurait pu ressembler à une traversée du désert entrepreneurial.
Il n’en a rien été. J’ai doublé mon CA, décuplé ma rentabilité et libéré ma créativité.

Je ne dis pas qu’il faut faire comme moi. Je l’ai fait parce que j’ai compris que je n’ai pas peur de manquer. Que je pouvais capitaliser sur cette non-peur, car elle m’a toujours apporté plus de justesse et d’abondance.

J’ai donc réorienté mon temps et mon énergie pour me concentrer sur des actions pour lesquelles je n’avais aucune idée du résultat, sans attente précise, simplement parce qu’elles avaient une vibration sensée et sensible pour moi :

  • Écrire et publier un livre
  • Me former sur des sujets avant-gardistes
  • Me faire coacher par une pointure du branding
  • Privilégier les échanges one-to-one intenses avec des personnes qui m’inspirent
  • Créer des expériences inédites pour mes clients
  • Inventer mon nouvel espace-temps online : ce site

La vraie différence pour faire pivoter votre business vers plus de sens et de croissance, c’est la qualité du regard et la conscience que vous portez sur vos actions, permettant de vous libérer de nombreuses chaînes. À commencer par celles que l’on croit « marketingement indispensables ».

 

CE QUE TU CROIS DE LA RÉALITÉ
DEVIENT TA REALITÉ

 

Pour moi, le vide est toujours un plein en cours d’arrivage. J’ai toujours fonctionné comme ça instinctivement : je fais du vide pour laisser la possibilité à « mieux » d’arriver.

Tout au long de mon parcours business, pas mal de personnes se sont étonnées de mon flux continu de clients et de CA sans passer par des méthodes de marketing et de vente « classiques ». Une grande partie de cette explication est en fait totalement irrationnelle :)

Maintenant que j’ai intégré – et pas seulement compris – que ce n’est qu’une histoire de perception de soi et de son environnement, cet article va vous permettre de réaliser que vous pouvez déployer votre business à un niveau beaucoup plus grand et plus vibrant, en sortant du marketing dit en « deux dimensions ».

Car dans le Nouveau Monde qui émerge, l’entreprise ne raisonne plus en termes de marché, d’attentes et de besoins, mais résonne en termes de vibrations, de désirs et d’innovations.

Une approche sensitive pas toujours évidente à comprendre, car elle ne se situe plus dans des apprentissages théoriques, mais dans votre capacité à capter et transformer ce qui se passe ici et maintenant.

Quand le business devient quantique… 
Les repères marketing vacillent et éclatent.
De nouvelles façons de développer son entreprise apparaissent.
En voici les clés, à travers le partage d’expérience de 3 de mes clients.

 

AIME-TOI TOI-MÊME :
LA BASE

 

Olivier Bouleau est coach et facilitateur dans de grandes entreprises depuis 10 ans, avec pour credo la « révélation des particules lumineuses ». Il participe depuis le mois de septembre à ma formation On récolte ce qu’on s’aime { business growing with love } pour « oser être moi en ne répondant plus à la demande mais en la créant, dans l’amour et l’envie, et non plus dans une logique business ». Déjà rôdé au quantique, son regard d’homme est particulièrement pertinent.

 

J’ai pris conscience depuis peu que j’étais « enfermé » dans une image correspondant à un style voulu par le domaine dans lequel j’exerce en tant que coach et facilitateur. Belle image certes mais je ne me sentais pas moi-même.
 
Je m’affranchis et reprends ma liberté en faisant du tri dans mes clients et mes contrats pour travailler uniquement avec des personnes et des sociétés qui m’inspirent. Je donne une image de moi en toute authenticité en me connectant à mes envies.
 
J’ai volontairement coupé une partie conséquente de mon chiffre d’affaire. Je suis comme aspiré vers une nouveauté inconnue. Je mets toute mon énergie dans la confiance en l’abondance et les résultats sont fulgurants et beaucoup plus rapides que je ne l’aurais pensé.
 
Je suis à l’écoute de mes besoins et ressentis, je prends ma place, je me déploie et j’attire de nouveaux contrats et de nouveaux clients. Concrètement, je vais du plus vers le mieux et cela décuple mon énergie de vie et de réalisation de moi ».

 

Nouveaux Repères.

  • Avoir une image vous aide les premières années à faire décoller votre activité.
  • Incarner votre identité vous permet ensuite de la faire exploser, dans le bon sens du terme.
  • Passer en multi-dimensions – de « je vous montre une facette de moi pour faire pro » à « je laisse entrevoir toutes mes facettes pour être vrai » – est le graal pour capter bien plus et bien mieux les clients qui veulent faire appel à vous… et personne d’autre.

 

INCARNE CE QUE TU VENDS,
NE VENDS QUE CE QUE TU INCARNES :
LA CLÉ DE VOÛTE

 

Lyvia Cairo était la fondatrice du site Jemecasse.fr, transmuté ces derniers mois en Lyviadebloque.com. Elle accompagnait les salariés à se casser d’un job qui ne leur plaisait plus, elle devient débloqueuse de créativité et de puissance pour ceux qui veulent prendre leur place en grand dans le monde.

Elle participe depuis le mois de mars à ma formation On récolte ce qu’on s’aime { business growing with love }. Elle a 29 ans, 3 ans d’entrepreneuriat, une communauté de folie et le feu sacré. Je trouve sa jeune et dense expérience hyper inspirante.

 

Quand j’ai démarré mon activité, le marketing a été pour moi un ensemble de règles et de méthodes à suivre. Des choses « testées et approuvées » qu’il fallait à tout prix appliquer pour réussir. J’ai toujours eu beaucoup d’ambition, alors j’ai été à l’affût de la meilleure façon de lancer, de vendre. 
 
Peu à peu et surtout au cours des derniers mois, j’ai compris que je pouvais réaliser mon ambition, à Ma façon, en étant simplement moi-même et en parlant d’âme à âme avec ma communauté. 
 
Je fais toujours du marketing. Mais j’en ai réinventé la définition. Là où il faudrait stratégiser, calculer, analyser, calibrer, je me laisse maintenant simplement porter le flow.
 
Ma dernière expérience m’a prouvé que j’avais raison. J’ai envoyé balader toutes les règles du business. Sans préparation, sans plan, en voyant là où ça m’emmenait. Et ça a marché.
 
J’ai parlé à l’âme de ma communauté. Je lui ai transmis le message qui me tenait à cœur. Je leur ai fait une offre pour les porter encore plus loin. Ils ont acheté, emballés et encore plus heureux que moi. J’ai fait un chiffre d’affaire « surprise », hors de tous les plans que j’aurais pu faire.
 
Aujourd’hui, j’ai compris que mon business peut fonctionner comme ça : Me connecter au flow. Écrire avec mon âme. Parler avec mon âme. Vendre avec mon âme. Tous les jours. À vraiment beaucoup de gens !
 
C’est une méthode « simple ». Mais ce n’est pas une méthode facile. Car elle signifie dépasser mes peurs, vivre les fluctuations – un coup ça marche, un coup ça ne marche pas – et savoir avec confiance que, d’une façon ou d’une autre, ça va aller. 
 
La formation avec toi m’a permis de comprendre que c’est possible :

  1. En te voyant travailler et attirer des clients avec une telle fluidité
  2. En me reconnectant à mon identité, au-delà des méthodes et du visible, pour faire attention aux signes et aux personnes qui peuvent m’aider sur mon chemin ».

 

Nouveaux Codes.

  • Penser en termes de besoins à combler actionne les peurs inconscientes (les vôtres et celles de vos clients), où les problématiques d’argent, de territoire et de pouvoir finissent toujours par prendre le dessus.
  • En partant du désir, vous entrez dans une relation d’amour, au sens noble du terme, avec vos clients. Ce que vous leur vendez les élève… et réciproquement.
  • Ce que ça change : vous pouvez amener votre offre beaucoup plus loin, plus haut, et augmenter nettement vos tarifs en étant beaucoup plus pointu(e) dans vos propositions.

 

ON TE CHOISIT PARCE QUE C’EST TOI,
QUELQUE SOIT LE PRIX :
LA CONSÉQUENCE

 

Corinne propose un service de luxe en coordination d’investissements financiers d’envergure. Sa clientèle est composée de grandes familles, personnalités illustres et hommes d’affaires influents, c’est donc avant tout son savoir-être précieux qui lui permet de développer toute son activité par le bouche-à-oreille.

Je l’accompagne en one-to-one depuis 8 mois à aligner inconditionnellement la mission de son âme avec la mission de son entreprise. Le fait qu’elle ne pratique aucun marketing et qu’elle le revendique, est un exercice de style à part entière.

 

Mon business, c’est avant tout une aventure personnelle et une expérience professionnelle exaltante et enrichissante. Sans business plan et sans stratégie marketing, mon cœur dicte ma direction.
 
En toute évidence, j’ai eu mes moments de doutes et de confusion avec cette mystérieuse façon d’œuvrer compte tenu des fondamentaux, des codes et des schémas de l’univers entrepreneurial.
 
Car cela demande une bonne dose de courage, d’énergie, d’investissement et de personnes ressources pour sortir du royaume corporate, s’approprier son propre combat, se recentrer sur l’essentiel et croire en sa vraie valeur.
 
Après des réglages subtils avec ma dream team dont la majestueuse Céline, ma perception du réel change. Vivre ma raison d’être au cœur de mon business devient naturel et vital, et toutes les synchronicités, les signes et les messages de la vie servent incontestablement mon développement humain, économique et également artistique.
 
Ma vie professionnelle devient beaucoup plus fluide, avec des recommandations plurielles inédites, des relations haut de gamme très sincères et de meilleurs résultats financiers. Epouser tout simplement ce rayonnement devient ma signature et tout prend un sens inouï.
 
Et la magie dans tout cela, c’est que je m’épanouis librement, satellisant toutes mes dimensions dans la profusion. Une grande différence qui fait toute la différence ».

 

Nouveau Monde.

  • Concentrez-vous sur les clients et les projets qui vous font grandir en humanité. L’argent que vous gagnez n’en devient que la géniale conséquence, et non le but recherché.
  • Inversez l’ordre de vos actions : ne vous demandez pas ce dont votre marché a besoin. Car ce dont vos clients ont le plus besoin, c’est vous, dans votre version la plus réalisée ! Pour leur permettre d’être, de se révéler et se réaliser grâce à vos services & produits.
  • Ce que vous êtes profondément – votre âme – a la capacité d’irradier votre business, de transformer pour le meilleur votre vie, et par effet domino, le monde.

 

 

De façon très pragmatique, se libérer du marketing n’est pas une fin en soi, c’est un moyen de vous affranchir des diktats qui étriquent le développement de votre activité. Il ne s’agit pas d’oublier le marketing, mais d’aller au-delà des techniques et des stratégies pour (re)devenir acteur de votre rayonnement – en tant que personne et en tant qu’entité économique.

En toute évidence, pour que ça marche durablement, il est indispensable de :

  • Avoir consolidé le socle commercial de votre activité
  • Croire en quelque chose de plus grand que vous qui vous guide, quoiqu’il arrive
  • Muscler votre cerveau, votre coeur et votre âme pour accueillir et accepter le voyage initiatique que représente ce déconditionnement

Apprendre à désapprendre, en somme.
Ça s’apprend, aussi !
 

 

Si vous vous sentez appelé(e) à vivre ce processus de mutation vers votre entreprise en multi-dimensions, car c’est totalement de ça dont il s’agit : il me reste 2 places pour rejoindre le groupe d’entrepreneurs OVNI avec qui je démarre une formation de 9 mois à partir du 30 janvier 2017 sur le thème de la Haute Couture Cellulaire ©, dont j’ai parlé dans mon précédent article.

Pour l’accompagnement individuel, ma prochaine disponibilité est en février 2017. Vous pouvez vous manifester dès maintenant pour réserver votre aller-simple vers votre déploiement High Level. Contactez-moi pour en savoir plus !

Je serais ravie d’avoir en commentaires vos partages d’expériences de « libération du marketing », et vous laisse sur le son doux et dingue de cette chanson et ce clip complètement… déformatés. Bas les masques et Haut les coeurs !

 

 

A VOIR, A LIRE, A RESSENTIR

A propos de Céline Boura

Précurseuse en identité de marque et prospective, créatrice de la Haute Couture Cellulaire ©, j'accompagne les entrepreneurs et décideurs visionnaires à être plus, faire moins et avoir mieux dans leur business. Et dans leur vie. Depuis 2010, plus de 200 entrepreneurs m’ont accordé leur confiance : découvrez l'histoire de 21 d'entre eux ici. J'ose croire que nos battements d'ailes de papillon font avancer le monde vers plus de sens et d'élégance. Contactez-moi pour savoir comment nous pouvons co-cheminer ensemble !

21 Commentaires

  • Lyvia

    Céline, merci de m’avoir invité à participer à un si bel article. Je le trouve fascinant. Les contributions d’Olivier et de Corinne me parlent. Je sais que j’ai une méthode peu classique, et le fait de voir que d’autres aussi me fait me sentir connectée. Eh puis le commentaire que tu as mis suite à mon témoignage est tellement juste. La connexion au désir est l’un de mes sujets de réflexion du moment : à chaque fois que j’ai fait quelque chose parce que j’avais besoin d’argent, ça n’a pas fonctionné. A chaque fois que je me suis laissée porter par le désir, ça a été au delà de mes espérances. Je ne sais pas comment tu as su, mais tu as tapé juste 🙂

    • Céline Boura

      Merci Lyvia pour ton partage et pour la Voie que tu empruntes qui ouvre la Voix aux autres… tu sais que tu as été la première personne à qui j’ai proposé cette formation sortie de nulle part, seulement de mon désir : « On récolte ce qu’on s’aime », cette session hors norme de 9 mois qui se termine… demain. De ta mission tu es passée à la transmission. Je suis tellement ravie d’assister à ton éclosion, si jeune et déjà si brillante. Merci !

  • Natalia

    Céline, je me réjouis de lire tes deux derniers articles, qui transpirent et précisent au laser, ce qui fait écho depuis longtemps en moi. C’est une joie intense et une ébullition cellulaire qui me traverse et me raccorde à ce que je sens émerger des profondeurs. Tes mots et ton expérience me montrent la voix de l’innovation entrepreneuriale au service l’Etre ; où ce que l’on est, ce que l’on sait et ce que l’on fait s’alignent et se tissent ensemble pour le meilleur de soi et des autres. Je te remercie pour ce chemin, de coeur, que tu nous livres.

    • Céline Boura

      Merci Natalia, c’est un vrai plaisir de savoir mon message reçu de cette façon. Christian Monjou, chercheur à l’ENS, a dit à Osons la France en avril 2013 cette phrase que je n’ai jamais oublié : « Innover, c’est oser prendre quelque chose qui est déjà là, et oser dire « je rajoute autre chose à tout ça ».

      Tout est déjà là, tout est question de regard sur ce qui nous entoure <3

  • Laure

    Depuis des jours, je pense à une chanson adorée qui n’entre dans aucun cadre : la Bohemian Rhapsody. Il n’y a pas de cases pour faire rentrer cette chanson hors norme, seulement une émotion partagée, une envie créatrice.
    A nous d’écrire les Rhapsodies de nos marques.

  • Catherine

    Bonjour !
    Très heureuse de lire cet article ! il me plait énormément et me réconforte, je me sens moins seule. J’ai commencé le désencombrement mental, il y a quelques mois. Un jour, je me suis réveillée, j’ai appelé mes clients un à un pour leur faire mes adieux.

    Je venais de comprendre que je n’étais plus à ma place dans ce job que j’avais toujours cru le mien, quel soulagement, je l’ai fait, j’ai clos un chapitre qui devenait lourd, très lourd.

    J’ai aussi fermé une quantité de réseaux pour n’en garder qu’un.

    J’ai supprimé mes blogs et sites. Je ne pensais pas réaliser tout cela en quelques jours… c’est comme une (re)naissance. Sortir de la carapace que « d’autres » m’avait cloué sur le dos. Sortir des schémas. Sortir de l’ombre.

    En fait, mon activité n’avançait pas ou pas assez ou peu… ou, ou…

    C’est un énième départ, mais un départ sans contraintes, sans apriori, sans conditions, juste MOI, juste Être !!

    Je ne me présente pas, je ne vends rien ! je suis sortie de la Matrice, j’ai déprogrammé tout ce qui ne me sert à rien, je suis légère ! Je ne fais plus partie d’aucun réseau d’entrepreneur, ça ne pollue plus mes idées, ça me laisse du temps, je n’ai plus envie de « travailler comme çi ou comme ça parce que…  » je travaille comme ça me chante et comme j’en ai envie.

    Finalement le pas est vite franchi quand l’envie d’Être est là.
    Merci pour cet article et pour tous les autres

    • Céline Boura

      Merci pour ce partage Catherine ! Génial ! Bienvenue à Vous, je vous souhaite une longue route, elle ne sera pas toujours facile, mais elle aura le mérite d’être VRAIE. Priceless.

  • Patricia

    En plein dedans !
    Je n’ai pas peur de l’inconnu, celui qui fait peur à d’autres, celui qui fait que je peux faire peur à d’autres.
    Et là, ce que je découvre en ce moment, c’est ce que j’ai laissé de côté pour ne plus faire peur aux autres depuis que je suis enfant.
    Je ne m’attendais pas à ces retrouvailles avec cet inconnu qui pour moi ne l’est pas, cet indéfini de l’infini que j’habite depuis longtemps.
    Quelle délivrance de me retrouver dans ce monde-là, en parallèle avec celui-ci où je vais pouvoir réunir les deux pour exprimer pleinement ce que j’ai à faire.
    Il n’y a plus de marketing, il n’y a plus de clients, il n’y a plus d’entreprise, il n’y a plus de mots.
    Il y a juste à agir comme je le sens sans me soucier de savoir si ça va rapporter ou pas, juste à nourrir le coeur et l’âme, en moi et chez les autres.
    A bientôt Céline, je t’embrasse.

    • Céline Boura

      « Quand il n’y a plus de mots, puisse l’amour nous éclairer » <3

  • Laurence

    J’adore !merciiiiii
    C’est ce que je ressens depuis un moment. Maintenant à moi de le même en œuvre.

  • Emilie

    Évidemment, tout ce que tu dis et les témoignages me parlent, et je crois que c’est vers cela que je tends, avec les différentes révélations que j’ai eu ces derniers temps, mais avant cela, il me faut me trouver mon Pourquoi ! 😉

    ( et Merci pour la découverte musicale, je ne connaissais pas cette chanson de The Do et j’adoore ! 🙂 )

    • Céline Boura

      Tu es en bonne route Emilie, et le Pourquoi met du temps à apparaître clairement et nettement… il y a plusieurs niveaux de pourquoi, l’intime et le commercial… La question qui peut t’aider à aller un cran plus loin c’est : pourquoi ce que je fais est vital, pourquoi c’est moi et personne d’autre ? Let’s inspire…

  • Sandra

    Ecrivain indépendant, je suis lancée dans l’aventure de l’autoédition depuis 2011. Ma personnalité réservée me fait me cogner sans cesse aux murs de ce qui devrait être ma « stratégie marketing ». J’observe avec admiration ce que font les auteurs qui réussissent à percer, me disant que je devrais faire ça, créer une mailing list, livrer des bouts de ma vie sur les réseaux sociaux, demander voire supplier tous mes contacts d’acheter mon livre numérique le jour de sa sortie pour qu’il grimpe dans le top 100 du site bien connu et puis, toutes ces autres choses que je n’ai pas envie de citer… et je bloque, plus ou moins. Je cherche ce qui me correspond, ce que je ferais avec fluidité, me disant qu’il faut agir quand même si je veux que les choses avancent… Moi, j’aime écrire, me battre avec un projet, l’attendrir, le faire mariner dans la sauce que j’ai concocté pour lui jusqu’à ce qu’il naisse, mon bébé de papier… c’est ça que j’aime, le reste est, bien souvent, pas toujours, une corvée, un effort… je m’imagine dans la peau de Martin Eden, l’écrivain jusqu’auboutiste de Jack London, il écrit et envoie ses manuscrits aux éditeurs, sans concessions, il consacre son temps à l’écriture, c’est tout ce qui compte, jusqu’à en mourir, presque, jusqu’à ce qu’enfin, l’un de ses livres soit édité et que la gloire tant attendue pointe le bout de son nez. La fin est triste puisqu’arrivé au but, désillusionné, il se suicide. Parfois, je me dis qu’il vaudrait mieux que je consacre tout mon temps à l’écriture et que je laisse tomber mes velléités de faire du marketing. Merci pour cet article qui va à contre courant et fait du bien.

    • Céline Boura

      Bonjour Sandra, votre avant-dernière phrase vous donne déjà la direction… Je ne crois pas qu’il faut opposer le marketing et la réussite d’un coté, la galère et le malheur de l’autre. Souvent il est bon de faire taire le brouhaha extérieur pour se concentrer sur ce qui est vraiment inconditionnel à notre réalisation. Le reste, tout le reste, suivra seulement à partir de là… Ce qui demande, effectivement, d’aller à contre-courant de pas mal de diktats. Mais bon, on n’a qu’une vie, alors autant en faire sa propre oeuvre et avancer avec dignité, le plus possible. La gloire passe, les écrits restent…

      • Sandra

        Merci, Céline, j’aime beaucoup : « Le reste, tout le reste, suivra seulement à partir de là… » Au plaisir de vous lire.

  • Jessica

    J’ai découvert votre site par l’intermédiaire du site « inspire et crée » et quelle joie… Cet article en fait correspond exactement à la vision que j’ai du marketing et du commerce « tel qu’il devrait être » avec ses normes, ses codes… Je fais pourtant des études de commerce donc ce que vous avez écrit, m’a encore plus conforté dans les réflexions que je menais…comme s’il régnait une dissonance entre ce qu’on attend de moi et ce que je voudrais être. Franchement MERCI…

  • Sandra

    Merci pour cet article, rien qu’à sa lecture je sens monter mes vibrations! Cette année j’ai décidé de lâcher prise. Je suis artiste et faire du marketing me « bouffe » littéralement, au point où je perds non seulement mon temps, mais aussi mon inspiration et ma motivation. Je ne peux pas fonctionner avec des stratégies, car je travaille surtout avec le cœur et mes désirs/ mes aspirations évoluent très vite. Je fonctionne de plus en plus à l’instinct, et en posant des intentions très claires. Je l’expérimente depuis 20 ans, et il faut dire que ça fonctionne plutôt bien. J’ai eu ce que je voulais, j’ai atteint mes objectifs, et maintenant? J’ai le sentiment d’être un peu bloquée car je ne sais pas trop où j’ai envie d’aller. Je me suis un peu perdue en cours de route, mais la découverte de ton activité et de ton blog me réjouis. C’est le signe que nous entrons véritablement dans une nouvelle ère, ce qui est très excitant. Et ça me conforte aussi dans l’idée que je dois d’abord prendre du temps pour moi, pour me retrouver, retrouver le plaisir, et découvrir « où je veux aller ». MERCI

Publier un commentaire