L’important ce n’est pas d’être grand, c’est d’être à la hauteur

important-hauteur-luxe-etre-soi

© Photo Paolo Roversi
Article écrit sur la chanson « Afire Love » d’Ed Sheeran

 

« Tous peuvent entendre
mais seuls les êtres sensibles peuvent comprendre »
(Khalil Gibran)

 

2016, je vous la souhaite grandiose. Grandis et ose. Mais pas n’importe comment ni à n’importe quel prix. Alors que les événements extérieurs pourraient nous inciter au repli et à la prudence, c’est justement plus que jamais le moment de donner votre vrai souffle à votre entreprise et à votre vie.

Pour cela, j’utilise un outil imparable : Pinterest. Tout ce à quoi j’aspire, je le consigne sur mon compte que je prends un immense plaisir à alimenter. Aussi, quand il s’agit de faire des synthèses, de la prospective ou inspirer mes clients, j’ai toute la matière qu’il me faut pour créer en images le ton, le style et le sens que je souhaite impulser.

J’aime que mon entreprise et ma vie soient un moodboard mouvant géant, donc je vous partage aujourd’hui en mots, en images, en musique et en vidéo ce que 2015 m’a appris, et là où j’emmène Le luxe d’être soi et moi en 2016.

Bienvenue à bord !

 

Ce que 2015 m’a appris

 

oiseau-delicatesse-luxe

 

1.
Faire grandir son entreprise n’est pas forcément synonyme
de plus de CA, plus de clients, plus de followers

 

(Photo Artezza)

Entre 2011 et 2013, j’ai pratiquement doublé mon CA, m’assurant de confortables bénéfices. J’étais surbookée de clients, de projets, de sollicitations. À quel prix ?

En janvier 2014, alors en business trip à New York, je suis arrivée à mon pic de saturation de cette course contre moi-même. J’y ai violemment réalisé que je n’existais qu’à travers ma réussite entrepreneuriale.

Mon entreprise pouvait me permettre de gagner plus d’argent :
j’ai décidé qu’elle allait me permettre de gagner « plus de mieux ».

En 2014, j’ai donc amorcé ce changement, notamment avec la refonte intégrale de mon site qui m’a obligée à me positionner beaucoup plus distinctement face à mes clients, à mes lecteurs… mais aussi et surtout face à ma vie : à quoi allait servir mon entreprise si ce n’était pas à aller toujours plus loin, plus haut, plus fort ?

Résonance, ô résonance, à ce moment-là mes clients commencent à me solliciter sur ces questions. Je les accompagne, ils m’accompagnent sans le savoir à définir ce que je vais devenir. Après 10 mois de réflexion, éclairée par les bonnes personnes, aux bons moments, aux bons endroits, je suis passée aux travaux pratiques grandeur nature.

Le 28 octobre 2014, en mettant les pieds au Cap Ferret, j’ai compris de façon organique, presque animale, à quoi mon entreprise et ma vie allaient servir : à incarner mon identité, mon message et ma mission. Inconditionnellement.

Le luxe d’être soi allait me permettre de vivre une vie à ma juste hauteur :
Me rassembler. Me ressembler. M’aimer. Aimer.
Sur tous les plans.
Et le diffuser.

En 2015, j’ai donc installé ce changement, en quittant le strass et le stress parisien pour emménager le 28 février sur la presqu’île. Me retrouver au « point zéro entre terre, ciel et mer » m’a mise face à un processus de dépouillement à vitesse grand V qui s’est avéré très périlleux par moments, parce qu’il me fallait aussi gérer mes clients et ma fille simultanément, dans un nouvel environnement.

Couche après couche, je me délestais de tout ce qui m’encombrait la tête, le corps, le coeur. Je n’étais plus dans les concepts intellectuels. J’étais dans les actes, dans l’expérience de ma chair qui évacuait par tous ses pores ce qui ne lui appartenait plus.

Face à moi-même, au vide, à l’absence, au manque, à mon histoire, avec ma seule conscience comme fil de mes désirs. Incarner, ce mot que j’aime tant, signifie dans son étymologie « acte par lequel ce qui n’était pas chair devient chair ».

 

Peu à peu je sortais de l’apnée
pour bâtir mon essentiel :

 

travailler-moins-mieux-vivre-plus-mieux

 

2.
Travailler moins, mieux et plus vite.
Vivre plus, mieux et moins vite.

 

(Photo Geraldo Otavio)

Ma plus grande force a longtemps été ma plus grande fragilité : je ne sais pas faire semblant. Ce que je raconte, ce que je transmets, c’est ce que je vis. Je ne me vends pas. On m’achète. Un luxe ? Oui, qui a un prix, invisible celui-ci.

Mes 3 derniers bilans comptables alignent pratiquement le même CA. Mon évolution majeure ne se situe donc pas dans les chiffres. Elle est dans tous les détails dans lesquels j’ai investi mon temps, mon énergie et mon argent et grâce auxquels j’ai gagné en maturité, en cohérence et donc en profondeur d’expertise.

Mes priorités de développement s’articulent désormais autour de 3 axes :

• Le temps
Je prends désormais le temps dont j’ai besoin pour accompagner mes clients, pour mener à bien mes projets : l’observation, le silence et la contemplation me sont indispensables, parce que c’est de là que découle la justesse de mes actions et de mes propos. Et je ne travaille qu’avec ceux qui ont le temps de se poser de vraies questions… pour trouver leurs propres réponses.


• La qualité
Je fais un travail colossal sur les contenus que je délivre sur mon blog, sur chaque mot et chaque image que je choisis dans ma communication, parce que c’est cette énergie-là qui m’a permis, en 5 ans, de passer de 20 % à 100 % de clients idéaux. De travailler avec des entrepreneurs qui ne cherchent surtout pas un mode d’emploi, mais une ouverture de leur champ des possibles.


• La liberté
En 2015 j’ai progressivement évacué de ma vie mes 3 plus grandes sources de stress : je n’ai plus besoin ni envie de courir, ni de plaire, ni de prouver quoique ce soit. Je crois que c’est ma plus belle victoire. Elle me donne la légitimité pour aller beaucoup plus loin avec mes clients, pour les emmener sur des territoires inexplorés, audacieux, surprenants.

 

new-story-to-write

 

3.
Non, le monde ne s’écroule pas quand on arrête de se battre.
C’est justement là que tout commence.

 

Je sais désormais pourquoi je suis dans cette vie, avec les épreuves qui ont été les miennes. Les remercier m’a permis de faire tomber les barrières entre mon image et mon âme… entre mon identité et ma marque.

De 1980 à 2010, je me suis battue à chercher ma voie.
De 2011 à 2013, j’ai travaillé à créer ma place.
2014 et 2015 furent consacrés à modeler ma dimension.
2016 et les suivantes sera donc dédiées à sculpter mon envergure.

 

Là où je vais en 2016

 

lumiere-puissance-luxe

 

Pourquoi – Ma vision

 

Cette image exprime parfaitement l’essence du Luxe d’être soi : le vrai luxe c’est ce qui ne se montre pas et ne se justifie pas. C’est l’élégance intérieure qui irradie avec justesse à l’extérieur. Être exactement là où on doit être, aligné avec ce qu’on veut dire et offrir au monde.

 

Avec qui – Mes clients

 

Des entrepreneurs et dirigeants qui sont arrivés à la sueur de leur front au dernier étage de la Pyramide de Maslow et qui veulent désormais s’y installer confortablement et durablement. Ce dernier étage, celui de la réalisation de soi, est le plus exigeant et le plus subtil parce qu’il nécessite de :

• Accepter en toute conscience sa véritable puissance et lumière
• Se délester de ses peurs les plus profondes à être soi-même
• Embrasser inconditionnellement sa mission de vie
• Pouvoir l’exprimer et la transmettre de façon claire et fluide
• Pour pouvoir offrir à ses clients l’unique, l’exceptionnel, l’inoubliable

 

Comment – Mes intentions

 

C’est précisément ce processus que je traverse et que j’accompagne depuis 2 ans, que je souhaite affiner, approfondir et amplifier en 2016 : accompagner mes clients à monter en gamme, en puissance et en justesse dans leur entreprise, et par effet domino, dans leur vie.

En 5 ans j’ai beaucoup développé la dimension « être soi ». Je souhaite désormais donner la même puissance à la dimension « luxe » en déployant l’envergure artistique et philosophique de mon travail.

Que Le luxe d’être soi soit un privilège de fins gourmets. Pour permettre à ceux qui m’accorderont leur confiance de devenir non pas les plus grands, mais des entrepreneurs à leur Juste Hauteur.

 

Je vous souhaite à tous une année à la hauteur de vos espérances. A bientôt pour la suite !

 

A VOIR, A LIRE, A RESSENTIR

A propos de Céline Boura

Précurseuse en identité de marque et prospective, créatrice de la Haute Couture Cellulaire ©, j'accompagne les entrepreneurs et décideurs visionnaires à être plus, faire moins et avoir mieux dans leur business. Et dans leur vie. Depuis 2010, plus de 200 entrepreneurs m’ont accordé leur confiance : découvrez l'histoire de 21 d'entre eux ici. J'ose croire que nos battements d'ailes de papillon font avancer le monde vers plus de sens et d'élégance. Contactez-moi pour savoir comment nous pouvons co-cheminer ensemble !

15 Commentaires

  • cattiau

    moi qui me sentais si mal à l’aise avec « le voir grand » je me sens heureuse avec le terme de « sa juste hauteur » ! Merci Céline

    • Céline

      Virginie, en fait il appartient à chacun de définir sa vision du « grand » et du « haut ». Et qu’être juste soi, souvent, et bien ça suffit. Et alors qu’on ne cherche plus à être ce que nous ne sommes pas, le business devient plus fluide, plus confortable. La vie aussi.

      Au plaisir d’en reparler prochainement 😉

  • Sylvie, Enfin moi

    J’ai vécu avec toi ce changement, cette installation, cette re-naissance je dois avouer que ta hauteur, ton détachement, ta simplicité m’ont inspiré et guidé tout le long de 2015
    Merci d’être là pour nous qui n’y voyons plus forcément clair
    Beau billet
    Je t’embrasse
    Sylvie

    • Céline

      Merci Sylvie, toi aussi tu sais désormais ce que tu m’as apporté 😉 Merci pour ta confiance, ton renouveau est également très inspirant.

  • Patricia Laager

    Coluche disait que la bonne hauteur c’est quand les pieds touchent parterre !
    C’est un beau chemin que tu parcours. Merci de continuer à nous inspirer…

    Patricia

    • Céline

      Merci Patricia, toujours les bonnes références au bon moment 😉 Au plaisir de continuer le chemin ensemble, de près et de loin…

  • Joanna

    « Créapaisement », voilà mon mot pour 2016. Création et apaisement qui j’espère s’ancreront encore plus dans ma manière d’ « être-là », présente à moi-même et aux autres! Merci, pour ces beaux mots qui font du bien!

    • Céline

      Très joli mot Joanna, qu’il vous porte et vous emporte dans toutes vos actions et créations.

  • Stéphanie

    Grandir toujours et encore à travers son entreprise, se découvrir, affiner le nuancier de la connaissance de soi, pour se réaliser!

    Yes.

    Entièrement alignée sur ce postulat.

    Meilleurs voeux Céline, au plaisir de lire tes mots, si bien choisis pour nous montrer la voie.

    • Céline

      Merci Stéphanie, meilleurs voeux à toi également, merci pour ta fidélité à commenter ici 🙂 « Affiner le nuancier de la connaissance de soi », j’aime beaucoup, je crois que c’est le véritable travail de tout artiste, pour ensuite pouvoir offrir au monde leurs propres nuanciers.

  • Cuny

    Bonjour Céline,

    je vous remercie pour ce billet tout très bien pensé et donc très bien écrit.
    Vous êtes un des rares blogs au milieux de cette multitude qui nous est offerte que je lis attentivement à chaque nouvelle parution.
    Vos mots si justes raisonnent en moi.
    Au plaisir de travailler ensemble un jour.

    Julie.

    • Céline

      Merci Julie, j’espère qu’ils raisonnent autant qu’ils résonnent 🙂 Au plaisir de vous rencontrer un jour, belle continuation à vous.

  • corinne

    Bonjour, je découvre ce blog aujourd’hui ! Et comme je ne crois pas au hasard je pense que nous étions faites pour nous rencontrer ! Bloggeuse Quinca depuis 6 ans, je prends un énorme plaisir à tenir mon blog avec bienveillance et humour. Depuis 6 mois un projet d’entreprise a pris forme et je vais le concrétiser prochainement.
    Ce blog et ce que vous représentez est une chance pour moi, je crois !
    Je reviendrai très vite.

    Bravo pour tout ce que j’ai lu jusqu’à présent

Publier un commentaire