Georges Gravé, prenez soin de vos équipes et elles prendront soin de vos clients

georges-grave

La grande hôtellerie,
c’est comme la haute couture,
un métier de rigueur,
un métier d’acteur.
 

La magie du web, c’est aussi de créer des connexions fortes avec des personnes à l’autre bout du monde. J’ai rencontré Georges Gravé par le biais du site professionnel Viadeo, et à la lecture de son incroyable parcours, il me fallait absolument l’interviewer pour mon blog.

Directeur de la formation et du développement personnel dans un hôtel 5* aux Seychelles, Consultant pour l’ouverture du 1er village français conçu pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, Responsable de la pédagogie de la prestigieuse école de Savignac, Responsable des bénévoles d’une unité de soins palliatifs, Premier maître d’hôtel au Ritz…

Un parcours de haute voltige entièrement dédié au service de l’autre, qui se devait d’être mis en lumière. Pourtant, avec ses 10000 et quelques contacts, ma demande risquait bien de passer inaperçue. Loin de là.

Parce que finalement, tout dans sa vie et sa manière d’être transpire le luxe d’être soi, Georges Gravé s’est prêté avec beaucoup de générosité au jeu de l’interview et a pris grand soin de répondre à chacune de mes questions. Une Rencontre que je considère comme collector, tant ses mots font sens ici. A tous ceux qui cherchent une définition du luxe d’être soi, elle est ICI !

Bon voyage…

 

Georges Gravé, directeur de la formation et du développement personnel au Maia Seychelles

 

Georges, racontez-nous votre incroyable parcours de vie…

J’ai reçu une éducation simple, avec une maman qui a arrêté de travailler les 5 premières années de ma vie pour bien baliser le futur parcours (merci Maman). La première phrase que j’ai dite quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard fut : « Je veux servir et aider les gens ».

Et c’est ce que j’ai toujours fait dans ma vie jusqu’à aujourd’hui. Une grande chance, car je ne me suis jamais ennuyé une seule seconde, je ne me suis jamais réveillé un seul matin en me disant « Zut, il faut que j’aille bosser ». Je suis incapable de répondre à la question « Que fais-tu pour les vacances ? ».

J’ai donc fait une école hôtelière, c’était ma façon d’apprendre à servir les autres, et j’ai fait carrière dans cette industrie du voyage, du loisir, de la gastronomie et de la grande hôtellerie, en passant par de grandes maisons comme le Ritz de Paris. SERVIR, et pas servitude.

Certains ont besoin d’aller en Inde dans des âshrams pour découvrir leur vie spirituelle, moi je l’ai découverte à travers mon métier.

Le jour où j’ai compris
qu’il allait me falloir
servir les gens sans les juger,
j’ai découvert le secret du métier
et un des secrets de la vie

Très jeune, j’ai ouvert le premier restaurant français de Cologne et j’étais lancé sur une grande carrière sans failles… Mais heureusement, un rêve et une rencontre m’ont fait comprendre que je devais partir découvrir le monde.

A suivi un voyage initiatique de deux ans (à travers l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan, le Népal et le Tibet), où j’ai vraiment compris ce que voulait dire le mot Servir. Je n’ai eu de cesse par la suite de continuer ma passion de ce métier, et l’autre côté de la rive, la découverte de soi, qui débouche inévitablement sur le luxe d’être soi.

10 ans en tant que Premier maître d’hôtel au Ritz à Paris, en étant en parallèle responsable des bénévoles de la 1ère unité de soins palliatifs en France, 18 ans en tant que directeur de pédagogie à l’école de Savignac.

J’ai créé et dirigé l’une des écoles de management hôtelier les plus côtées de France avec la vision de former des Managers heureux de vivre. Je n’avais jamais été directeur d’école, mais je suis toujours arrivé à faire des choses au bon moment, au bon endroit, avec les bonnes personnes.

Les choses arrivent quand elles doivent arriver, si nous sommes dans l’accueil et le recevoir. Et maintenant, le Maia aux Seychelles…

 

Comment vous êtes-vous retrouvé aux Seychelles dans cet endroit idyllique et quel est votre travail au quotidien ?

 

Il y a 18 ans, un de mes anciens étudiants ouvrait ce fantastique resort (NDLR, complexe hôtelier) dans lequel l’humain devait être au centre de l’aventure, et il cherchait un formateur capable d’enseigner l’amour. J’étais dans sa mémoire le seul à pouvoir le faire. J’y suis depuis 2007 Directeur de la formation et du développement personnel.

« take care of your staff
and they will take
care of your guest »
Voilà mon métier,
former des gens heureux

L’originalité du resort Maia est d’avoir mis l’accent sur une nouvelle forme de luxe, à savoir la recherche du plaisir émotionnel et la liberté personnelle dans un environnement naturel, grâce à un séjour d’un nouveau type : l’expérientiel, faisant appel aux cinq sens.

 

Le Maia, hôtel spa 5* aux Seychelles - appartements VIP

Le Maia, hôtel spa 5* aux Seychelles - vue sur la mer

Le Maia, hôtel spa 5* aux Seychelles - la plage

Le Maia, hôtel spa 5* aux Seychelles - terrasse

Le Maia, hôtel spa 5* aux Seychelles - tombée de la nuit

 

Parlez-nous de votre expérience en tant que responsable des bénévoles d’une unité de soins palliatifs. En quoi cela vous a enrichit sur le plan humain donc professionnel ?

 

Une expérience et une aventure absolument extraordinaires. Je travaillais aux soins palliatifs en parallèle du Ritz. Cela peut paraître complètement paradoxal, en fait non. Servir avec le cœur, donner de l’amour, de l’écoute et de l’attention, c’est la même chose en soins palliatifs qu’au Ritz.

Certes le costume change, les dialogues sont différents, mais c’est la même chose. Travailler dans une unité de soins palliatifs est une expérience magique de découverte de soi. Un lieu où il est impossible de tricher avec soi ou avec les autres.

Des moments intenses de vérité et d’humilité, car ce qui est important, c’est d’être soi et d’être vrai. De savoir respecter son émotion et les émotions des autres, et surtout de les partager.

On y apprend
qu’il n’y a plus de temps
à perdre en futilité,
chaque seconde est la seconde
la plus importante à vivre

Il faut savoir oublier ses propres désirs et le mot empathie prend toute sa signification. Et surtout le plus important à comprendre, c’est que c’est uniquement un travail d’équipe. Chaque rouage a son importance, et ainsi l’ego de chacun disparaît pour le bien être de l’autre.

Chaque mot doit être en cohérence avec sa pensée et ses actions. Mais surtout, ne pas croire qu’une unité de soins palliatifs est un endroit triste. Certes le deuil est présent, mais l’amour, la joie, les rires sont aussi là, et vraiment c’est un apprentissage de la vie d’avoir eu la chance d’être à cet endroit-là au bon moment.

Et une fois de plus, j’y ai rencontré des gens fantastiques qui m’ont enseigné l’art de vivre et de mourir.

 

Quel savoir souhaitez-vous transmettre
à travers votre manière d’être au quotidien ?

 

Etre heureux est un choix personnel, et ce n’est pas un hasard. Il faut travailler tous les jours à ce bonheur. Donner et recevoir, c’est le secret de notre métier et certainement le secret de la vie.

Ce qui est important, c’est aussi d’être en éveil sur le monde, tant au niveau technique qu’humain. Nous faisons un métier d’épicuriens et nous avons la chance de fréquenter les merveilleux produits de tous les terroirs du monde, et derrières ces terroirs il y a toujours des hommes passionnés.

Chaque rencontre vous nourrit. J’ai eu la chance de rencontrer de grands maîtres comme Lionel Poilâne (le boulanger le plus fou de la planète), Pierre Androuet (le pape du Fromage), ou encore Georges Lepré (l’ancien directeur des caves du Ritz), qui pouvait pleurer en débouchant un grand vin. Dans d’autres domaines, le professeur Cabrol, Marie de Henezel, le Dalaï Lama…

La grande hôtellerie,
c’est comme la haute couture,
un métier de rigueur,
un métier d’acteur

Savoir son texte peut demander des années de travail et de recherches, mais comme un acteur, la liberté est de savoir maîtriser sa prison, et alors seulement après ce long travail, nous avons peut être la chance de devenir un GRAND professionnel.

Dans ce métier, il nous est aussi donner l’opportunité de servir les grands de la planète, sportifs, politiques, stars de cinéma… Le secret pour durer et pour bien servir est tout simplement de savoir rester à sa place, et de maîtriser le luxe d’être soi.

Se connaître, avec ses forces et ses faiblesses, et surtout s’aimer. Il est strictement impossible de servir et d’aimer l’autre sans jugement, si nous ne commençons pas par se donner à soi-même de l’amour et du respect.

Georges Gravé, un homme serein

 

Qu’est qui vous passionne dans la vie ?

 

La vie en elle-même, découvrir l’imprévu de chaque jour, la rencontre de l’autre. La passion de mon métier, métier de magicien et de faiseur de rêves. Le goût de transmettre et de faire partager mes passions aux autres.

J’ai la chance en ce moment de vivre aux Seychelles, où les gens se disent encore bonjour en se croisant, où la lumière est tellement belle qu’il n’est pas rare d’arrêter la voiture, de descendre, de s’asseoir et juste de regarder, le cœur plein de beauté.

 

Quelle empreinte souhaitez-vous laisser auprès des gens ?

 

Strictement aucune ! Je m’explique : au début de ma carrière de formateur, je voulais absolument que mes élèves retiennent ou comprennent ce que j’avais à leur dire. J’ai mis des années à comprendre que j’étais dans l’erreur. Mon ego me dominait et j’avais la non humilité de croire que mon message, ou mon cours, ou mon conseil devait absolument être une vérité absolue. J’étais dans l’erreur et absolument pas dans le détachement.

L’autre est libre
de prendre ou de laisser,
d’aimer ou de ne pas aimer
ce que je suis, dis ou enseigne

Je suis d’autant plus performant que je ne suis plus dans le pouvoir… Et en étant totalement libre moi-même et sans aucune attente, l’autre en face le devient aussi.

 

Un message à faire passer aux lecteurs en quête du luxe d’être soi ?

 

Malgré ce que je viens de dire juste avant, oui ! Je voudrais faire partager un message primordial pour moi, c’est le secret de la vie, le secret du bonheur, et c’est ce qui me permet d’être moi : rien n’est stable.

Rien, mais vraiment RIEN n’est stable dans la vie. Tout change, tout évolue, tout apparaît et disparaît, les émotions tristes ou joyeuses, les sentiments, l’amour, tout passe avec le temps, avec la vie.

J’ai vraiment compris cela, lorsqu’un jour, je n’ai pas pu me souvenir du visage de ma grand mère morte depuis longtemps. L’exemple suprême, c’est l’amour ! Rencontre, passion, plaisir et puis parfois rupture, souffrance, chagrin d’amour… et puis un jour, pfff, plus rien, c’est fini et la vie reprend…

Rien n’est stable,
pour moi c’est le secret
du bonheur et je le mets
en pratique chaque jour

Ce qui me permet de vivre à fond chaque chose car tout finalement est éphémère.

Je suis un élève de la vie

 

Votre autoportrait en quelques mots ?

Généreux, rêveur, utopiste, optimiste et heureux.

 

Votre univers, c’est qui, c’est quoi ?

Qui : les autres, tous les autres, les riches, les pauvres, tous les regards croisés, toutes les mains tendues, tous les sourires partagés…

Quoi : une joie intérieure, une foi en demain, une recherche constante d’amélioration et le plaisir de donner.

 

Qu’est ce qui remplit votre quotidien ?

Etre prêt tout simplement à vivre ce qu’il y a à vivre, ici et maintenant. Je suis un élève de la vie.

 

Qu’est ce qui vous inspire de la beauté ?

La beauté est partout, il suffit de savoir et de vouloir la voir. Lorsque j’ouvre les yeux, je suis entouré de beauté, et lorsque je ferme les yeux, elle est toujours là.

 

Une attitude pour être heureux ?

Le lâcher-prise, rien ne nous appartient, nous sommes de passage. Pour être heureux, il faut ne pas avoir peur d’ouvrir son cœur, ne pas avoir peur tout court. Et puis aussi avoir le pouvoir de s’émerveiller.

 

Votre moment de bonheur absolu ?

En ce moment en train de répondre à ces questions.

 

Un remède pour chasser le stress ou la tristesse ?

Il n’y a pas de remède pour cela, mais plutôt un état de conscience. Je reprends toujours ma règle de vie : rien n’est stable, donc il suffit de comprendre qu’après le stress viendra autre chose, et qu’après la tristesse viendra la joie, donc tout va bien… et vive la vie !

 

Le comble de l’élégance selon vous ?

Pouvoir être le plus souvent possible en total accord avec ses pensées, ses dires et ses actions. Si l’on dit ce que l’on pense et si l’on fait ce que l’on dit, alors nous sommes toujours dans l’élégance humaine.

 

Votre éthique, vous la placez où ?

Tous les soirs, je me pose toujours les 2 mêmes questions :
– As-tu été juste avec toi-même et avec les autres ?
– As-tu fait souffrir quelqu’un ?

 

Votre dernière folie ?

Ce matin en me levant, wouaaaa… sublime journée en perspective !

 

Des mots qui font écho en vous ?

Les petits mots du quotidien : bonjour, merci, comment vas-tu, bonne journée….

Le luxe d’être soi,
c’est quoi selon vous ?
Deux mots : oser et choisir
ou bien oser choisir.
Le plus grand luxe dans la vie
est celui de pouvoir choisir

Choisir d’être soi, choisir d’aimer, qui, quand, comment, choisir son travail, choisir avec qui travailler et surtout avec qui l’on ne veut pas travailler, choisir ses amis, choisir de dire oui, mais aussi de dire non… et puis ensuite OSER assumer ses choix.

 

Si c’était une couleur ? Toutes les nuances de bleu, du ciel à la mer.

Un son ? Le bruit d’une cour de récréation.

Une odeur ? Celui d’un bon gros poulet qui dore dans le four… Cela me rappelle ma maman, et donc l’odeur de l’amour.

Un goût ? Celui de la découverte.

Une personne ? Gandhi, apôtre de la non violence.

Une sensation ? D’être là, à la place où je dois être…

Rien n'est stable, pour moi c'est le secret du bonheur et je le mets en pratique chaque jour

© Photos Maia Seychelles

RESTONS EN CONTACT
Encore plus d’inspiration chaque mois dans votre boîte mail

A VOIR, A LIRE, A RESSENTIR

A propos de Céline Boura

Pionnier dans l’âme, visionnaire reconnu dans votre expertise, vous êtes aujourd'hui à un cap majeur de votre développement d'entreprise, à la recherche d’un nouveau souffle et d'une vision grand angle pour mieux asseoir et déployer votre envergure. Fondatrice du Luxe d'être soi depuis 2010 et créatrice de la Haute Couture Cellulaire ©, j'ai à coeur de vous accompagner dans cette démarche avant-gardiste et haut de gamme. Contactez-moi pour savoir comment co-cheminer ensemble !

24 Commentaires

  • Caroline Altimani

    J’adore cet interview, tres inspirant, ca va m’aider à me retrouver… Merci

  • christine

    Quel beau portrait ! en effet tu avais raison Celine. Je suis fan de ce genre de profil !
    Merci Georges d’avoir accepte de jouer le jeu de l’interview (la miennne a été diffuse il y a quelques jours).
    Maintenant j’ai comme l’impression qu’on DOIT se rencontrer !!

  • SL

    Une belle leçon d’humilité et de Vie :)…et puis ça donne envie d’aller aux Seychelles!!

    • rached

      excellente interview
      et…..
      QUEL PERSONNAGE
      CE MONSIEUR

      Bravo & Merci =)

      rached

  • Pierre Denier

    Bonjour, je viens de découvrir votre blog et souhaite simplement vous remercier de toutes ces magnifiques rencontres et voyages que vous nous offrez.
    Haut les Coeurs !!!
    et encore merci
    Pierre

    • Céline

      Merci Pierre et bienvenu, vous êtes ici chez vous !!

  • sandra

    J’aime vraiment beaucoup sa philosophie, il respire la sérénité ! Quelles belles images aussi !

  • Johan

    Super interview Georges, ça fait toujours du bien d’entendre ces paroles qui sont tellement vraies. Take care

  • fanny

    Superbe interview ! je retiens « le bonheur n’est pas un hasard », c’est tellement vrai ! Belle rencontre…et en plus, il a une tête vraiment sympathique !

  • Céline

    Oui, quelle grande source d’inspiration, je suis très fière de l’avoir ici et qu’il puisse inciter à la réflexion et au dépassement de soi !

  • fabrice et joelle cloerec

    un joli message, un hymne à la vie …merci ! A très bientôt,
    Joëlle et Fabrice

  • Régina

    J’ai HATE de rencontrer cet homme! Merci pour cette belle « rencontre » virtuelle Céline!

  • Guillaume Patrizi

    Salut Georges ! T’es mon p’tit Dalai Lama perso 😉
    Hate de te revoir.
    G

  • Cecile Hoet

    Bonjour a tous et toutes, j’ai pu apprendre a connaître Georges de manière intense pendant plusieurs mois. C’est un personnage transformant, exemplaire, modélisant. Il est, reste et sera toujours une personnalité vers lequel ont tend par sa complétude et sa facilité à livrer en toute humilité la voie vers un bonheur authentique.
    Je t’embrasse Georges,
    Cécile

    • Céline

      Merci Cécile pour ce témoignage. Confirmation que pour Georges les mots et les actes ne font qu’un… Moi-même et les lecteurs sommes ravis de l’apprendre. Que la beauté de ce portrait continue à se diffuser !

  • Cathy

    Quel personnage ce Georges!!!!!Merci Céline pour cet interview et merci aussi à Caroline pour m’avoir fortement incitée à le lire. Après sa lecture on ne peut pas rester indifférend. Je suis d’accord avec lui, après la tristesse viendra la joie….. et vive la vie!

  • Célia

    Décidemment, ce blog est d’une richesse absolue ! Merci Céline pour ton regard, tes mots et les belles rencontres que tu nous fait partager. La notre m’a boostée.

    Sur cette interview : what else ? je vais juste fermer les yeux et la laisser me pénétrer.

    Merci

    • Céline

      Quel succès ce Georges !!! Je suis ravie qu’il fasse autant d’effet !

      • Marie Line ULMET

        Quel bonheur de lire cet interview, quelle belle leçon de vie. Bravo à vous Mr Gravé, j’espére que de nombreuses personnes entendront ce message.

  • Alex -KinG SkelA-

    Le mot « collector » n’est pas trop exagéré pour qualifier ce portrait qui est tout simplement PARFAIT !! ON PEUT MÊME PARLER D’EXCELLENCE ! WAOUH… 😀

    C’est pour ça que je ne vais rien rajouter de plus, tout ce qui a été dit est tellement profond et riche de sens. MA-GNI-FI-QUE !!!

    Je vais juste dire : MERCI et BRAVO George pour cette belle leçon de vie remplie d’Humanité, de dévouement, de partage et d’amour. On ne peut être qu’admiratif devant un tel parcours… un exemple pour chacun d’entre nous.

    Sincèrement, Alex.

  • Mary-lise Labonté

    Quelle belle histoire:-))))))))

    mais je peux la confirmer et moi aussi je continue de penser comme au temps de notre jeunesse.super!

    N ‘ oublie pas :  » y’a des dépolies dans le miel ) « 

  • Mary-lise Labonté

    Salut l’ artiste:-)))))))))

  • Pascale MARIOTTE

    Bonjour Georges,
    Quel bel interview ! Quelle belle leçon…. vous faites partie de cette catégorie de personnes qui donnent et dont le but de leur vie est « être » bien plus qu’avoir.
    Merci pour ce beau moment de confidences.
    Je suis fane de qui vous êtes
    Bien à vous
    Pascale

Publier un commentaire