4 conseils pour réussir sans se trahir

reussir-sans-se-trahir

© Photo Raffaello Franiuk

 

À accompagner et cotôyer des entrepreneurs depuis bientôt 3 ans, je constate une préoccupation unanimement partagée : et si ça marche pour de bon, je deviens quoi ? ». Comme je le disais récemment, au-delà de la peur de l’échec, il y a cette peur bien plus grande : celle de réussir.

D’être exposé au regard des autres, de penser devoir sacrifier sa vie perso, de gagner de l’argent, de ne pas assumer de changer d’image sociale… Parce que quand ça marche, il est très facile et très tentant de se laisser emporter par le tourbillon et de sacrifier ses valeurs sur l’autel de la « gloire ».

Pour exemple, nombre d’artistes qui sont acclamés pour leur succès et qui pourtant sont désespérément insatisfaits de leur vie, désagréables, ingérables… alors qu’ils ont l’air d’ « avoir tout pour eux ». Cette fameuse expression qui fait rêver tant de gens… pourtant, on l’oublie souvent, la réussite ne se mesure pas à ce qu’on possède (éphémère), mais à ce qu’on est (durable).

Une disponibilité intérieure qui n’a rien à voir avec la conjoncture extérieure. Preuve en est, malgré ces temps de crise, nombre de personnes et d’entreprises arrivent à tirer leur épingle du jeu sans y perdre leur âme.

 

Comment ?
En restant fidèle
à sa ligne de conduite :
cohérente et intègre.

 

Le pré-requis indispensable ?
Une identité solidement ancrée.

Pour ne pas partir en vrille dans les zones de turbulences – positives comme négatives. Parce que les turbulences, quand on gère une boîte, c’est du quotidien.

Mon expérience et mes observations me permettent aujourd’hui de pouvoir partager avec vous 4 points essentiels pour réussir… sans se trahir.

 

1.
(Re)définir sa vision de la réussite
= + de charisme

 

Pour beaucoup, la réussite est synonyme de signes de reconnaissance extérieure : telle somme sur son compte en banque, telle voiture, telle maison… mais une fois qu’on a la dite somme, la voiture et la maison, on en veut plus. Mieux. Encore plus gros, plus grand… C’est ainsi que les gagnants du Loto se retrouvent avec tout ce dont ils avaient rêvé… mais bien souvent dans une grande détresse psychologique.

Posséder ce dont on rêvait, c’est une conséquence de la réussite… mais jamais une fin en soi. Car les biens matériels ne vous procurent ni la liberté, ni la joie, ni la sérénité dans la durée. Ce qui fait qu’on se sent vide intérieurement malgré le plein extérieur, c’est le manque de sens – de direction et de signification.

(Re)trouver du sens, c’est être capable de répondre à ces questions :
Pourquoi vous vous réveillez le matin ?
Pour quelle cause ?
Pour améliorer quoi dans la vie des gens ?
Dans celle de vos clients ?
Et dans la vôtre ?

La réussite, c’est d’abord un sentiment intérieur. Celui d’être à sa juste placeet d’être utile… le reste découle ensuite logiquement, pas à pas, une marche après l’autre, pourvu qu’on reste droit dans ses bottes, honnête avec ses envies, ses besoins… et avec la réalité.

Une personne de mon entourage qui pour moi incarne la Réussite à tout point de vue, à qui on a récemment demandé comment il en était arrivé là, a répondu : « Tout ce que j’ai aujourd’hui, c’est parce que j’ai appris à être, à construire et à travailler pour sculpter mes rêves dans ma réalité ».

 

CONSEIL #1 : Identifiez les projets, les clients, les opportunités qui vous rendent vibrant, et vivant… et allez vers ceux-là en priorité, puis en exclusivité. Plus vous irez vers ce qui sonne juste pour vous, plus les portes s’ouvriront, plus vous aurez la satisfaction d’accomplir quelque chose qui a du sens, plus vous aurez de retombées gratifiantes.
 
On peut réussir sans avoir la vie dont on rêvait… ce qui compte, c’est de chercher l’étincelle, ces moments où vous vous dites : « Ouais, ça en vaut la peine ». D’être dans votre vrai. Le charisme sain, celui qui aimante, inspire et fédère les autres, ça ne se fabrique pas : ça part très exactement de là.

 

2.
Arrêter de se comparer
ET de s’auto-flageller
= + d’estime de soi

 

Je constate que nombre d’entrepreneurs s’estiment loin de la réussite, alors qu’on croirait le contraire. Pourquoi ? Parce que : 1. Ils ont le regard braqué sur ce qu’ils ne font pas, ne sont pas, n’ont pas encore fait, et 2. Ils ont l’impression que c’est mieux chez les autres.

Ces 2 raisons se recoupent en fait. On confond l’admiration béate pour une personne, avec la réalité de ce qu’elle est vraiment : on peut admirer un comportement, un trait de caractère, une façon d’être ou de faire à un instant T… mais ça ne rend pas l’autre plus ou mieux que soi.

Tout le monde sans exception a ses défauts, ses angoisses, ses échecs, ses galères, ses zones d’ombre… sauf que ça nous arrange de ne pas les voir : ça légitime le sentiment de notre propre incapacité.

Pourtant, dès qu’on gratte la façade, on se rend compte que chaque personne est bien plus complexe que ce qu’elle laisse percevoir. Parce qu’il y a ce que les gens montrent, et ce qu’ils gardent à l’ombre… tout simplement parce que ça ne regarde personne publiquement.

Alors au lieu d’être dans la projection, qui par définition est insaisissable (donc angoissante), portez votre regard sur ce que vous avez accompli, ce que vous mettez en oeuvre au quotidien et qui vous procure de la fierté.

L’estime de soi, c’est le sentiment que vous avez à l’égard de vous-même. Ayez toujours à l’esprit que c’est l’image que vous avez de votre propre personne qui définit la perception que les autres ont de vous…

 

CONSEIL #2 : Mesurez l’étendue de votre parcours en recensant les actes concrets sur lesquels vous avez eu des résultats tangibles et gratifiants. Félicitez-vous à chaque marche gravie. Ça peut paraître anodin, pourtant ça change tout à la valeur que vous vous accordez… et donc à celle que les autres vous accordent.
 
Fabriquez votre propre « compilation à succès » : un dossier, réel ou virtuel, dans lequel vous stockez les remerciements de vos clients, les messages qui vous boostent, les preuves qui vous permettent d’apprécier le chemin parcouru… et plongez-y dans les moments où vous doutez de vos capacités. Tous les matins s’il le faut ! On attire ce dont on se croit capable. Ni plus, ni moins.

 

3.
Parler moins, agir plus
= + de crédibilité

 

Il y a cette expression en anglais que je trouve très juste : « You can talk the talk, but can you really walk the walk ? ». Difficile à traduire en français, mais c’est un principe valable dans toute relation humaine si vous voulez vous faire entendre et respecter – sans avoir à hurler : plutôt que de dire ce que vous faites et ce que vous voulez que les autres fassent, faites ce que vous dites.

Ce qu’on appelle en management « lead by example ». Les gens vous croient et vous suivent beaucoup plus facilement si vous incarnez vos propos. Et en plus ils vous en sont reconnaissants. Car réussir véritablement, c’est réussir à aligner ses valeurs, ses paroles et ses actes.

C’est être suffisamment au clair avec soi-même pour que le message et l’image que vous renvoyez soient réellement compris. On s’entend, c’est un apprentissage permanent : personne n’y arrive en continu, mais l’important c’est de tendre vers ça.

D’être intègre dans vos intentions pour ne pas vous retrouver embourbé dans des plans foireux, avec des gens qui vous la font à l’envers, qui essaient de vous arnaquer, qui vous descendent en flèche dès que vous avez le dos tourné… C’est grâce à cet alignement avec vous-même que vous gagnez en capacité à inspirer la confiance et le respect.

Soyez très à l’écoute des remarques qu’on peut vous faire, positives comme négatives : tout feedback extérieur est l’opportunité d’apprendre sur soi, de comprendre ce que l’on dégage et de s’améliorer.

 

CONSEIL #3 : Plutôt que de mettre du temps et de l’énergie à dire (ce que vous comptez faire, ce que vous n’arrivez pas à faire, ce que les autres font/ne font pas…), transférez votre temps et votre énergie à mettre vos plans en actionet parlez-en après, seulement.

 

Crédibilité, légitimité, reconnaissance : votre réputation et votre notoriété ne se mesurent pas à ce que vous dites, mais à ce que vous faites par rapport ce que vous dites.

 

4.
Se remettre en question
= + de capacité à gérer le stress

 

Il y a quelques mois on m’a envoyé ces mots de Francis Dannemark, qui m’ont permis de comprendre un tas de comportements et de situations : « La vie ne s’occupe pas de nos désirs mais, elle s’arrange, parfois de manière très inattendue, pour répondre toujours à nos besoins ».

Ça a été l’une de mes révélations et coups d’accélérateur en 2012 : comprendre que ce qu’on veut arrive non pas parce qu’on l’a décidé (avec sa tête = le désir), mais parce qu’on est prêt à le recevoir (avec ses coeur et tripes = le besoin).

D’où l’importance d’être en phase avec son ressenti, de faire confiance à son intuition, donc de savoir dire un vrai oui ou un vrai non. Sinon on désaxe ses besoins et ses désirs, et on se retrouve très vite dans des situations ingérables, épuisantes, dévalorisantes… et on part dans tous les sens. Difficile de faire marche arrière ensuite.

C’est très exactement là qu’intervient le lâcher-prise : arrêter de croire que c’est notre tête qui gouverne notre vie en général, et notre business en particulier. Les choses arrivent uniquement si elles doivent arriver. Si elles n’arrivent pas, si c’est trop compliqué/stressant/difficile de les obtenir, c’est seulement parce que ce n’est pas le moment… et/ou qu’il y a un autre chemin pour y parvenir.

 

CONSEIL #4 : Dès que ça coince, prenez du recul pour déplacer votre angle de vue sur la situation, envisager un itinéraire bis, reclarifier vos intentions, vos objectifs… ce qui ne signifie pas renoncer, mais tout simplement s’adapter.
 
Réussir dans la durée sans perdre son cap, c’est apprendre à surfer entre les vagues, au lieu d’attendre la vague idéale. A construire avec ce qui est, au lieu de combattre avec ce qui n’est pas/n’est plus. En terme d’énergie déployée au prorata du résultat obtenu, ça fait toute la différence.

 

 

Pour conclure, je dirais simplement que réussir sans se trahir, c’est apprendre à être… plutôt qu’apprendre à apprendre. Apprendre à se servir des outils dont la nature nous a doté et qu’on a oublié en cours de route : du coeur, de la conscience, du bon sens et de l’intuition pour faire au mieux avec ce qu’on a et ce qu’on est… et aller vers ce qu’on veut.

Une façon de vivre son business qui permet de gagner du temps, de l’énergie, de l’efficacité et de la reconnaissance. Je développerai ces sujets lors d’un atelier à Bordeaux lundi 25 mars au sein du Club des Drôles d’Entrepreneures. Renseignements et inscriptions ici !

Vos partages d’expérience sont toujours les bienvenus en commentaires !

RESTONS EN CONTACT
Encore plus d’inspiration chaque mois dans votre boîte mail

A VOIR, A LIRE, A RESSENTIR

A propos de Céline Boura

Pionnier dans l’âme, visionnaire reconnu dans votre expertise, vous êtes aujourd'hui à un cap majeur de votre développement d'entreprise, à la recherche d’un nouveau souffle et d'une vision grand angle pour mieux asseoir et déployer votre envergure. Fondatrice du Luxe d'être soi depuis 2010 et créatrice de la Haute Couture Cellulaire ©, j'ai à coeur de vous accompagner dans cette démarche avant-gardiste et haut de gamme. Contactez-moi pour savoir comment co-cheminer ensemble !

40 Commentaires

    • Céline

      Ah tiens je n’avais pas envisagé cette option… on en parle à la prochaine formation ?!

  • sybille

    Bonjour Céline, limpide, lumineux comme chacune de tes interventions…Ce que j’aime le plus, c’est que ces mots retentissent dans une réalité concrète; dans la vie d’ici, là où nous en sommes sans promettre un happy end au milieu des bisounours, mais en nous invitant à être, être ça veut dire de plus en plus conscient pour goûter l’équilibre, l’harmonie(celle que chacun souhaite), pas pour éviter les épreuves, mais pour y faire face de la meilleure manière possible et se construire la vie que l’on veut…et là il y a du merveilleux…quelle chance j’ai d’avoir fait un jour ta rencontre…elle illumine ma vie, et me permet dans les moments de fragilités de garder le Cap…Aussi Merci Céline d’ÊTRE. je t’embrasse

    • Céline

      Merci Sybille, oui il serait grand temps que tout un chacun comprenne que travailler sur soi ce n’est pas un aller simple au pays des merveilles, mais une façon d’apprendre « à surfer entre les vagues » pour ne pas se laisser dévorer par le tsunami de la vie… je ne vends pas de la facilité et si cet article contribue à éveiller les consciences, tant mieux ! Merci à toi, à très bientôt j’espère.

  • Stelda

    C’est très juste. Merci pour ce beau récapitulatif : je vais l’encadrer et le répéter chaque soir 😉

    • Céline

      Merci Stelda, vous savez je suis abonnée à la newsletter Matin Magique et pendant un moment je les relisais très souvent comme pour me convaincre que oui les choses étaient possibles… et puis progressivement je me suis rendue compte qu’au-delà de les lire, je les mettais en application… et que ça marchait. Donc l’important c’est la théorie + le passage à la pratique !

  • Gwenaelle

    waouw.. tellement juste une fois de plus. Merci pour ces précieux conseils. Cela m’évoque beaucoup, un juste rappel à l’ordre et un alignement entre philosophie et business tellement rare à lire.
    Bravo de réussir à tout poser de manière aussi limpide.

    • Céline

      Bonjour Gwenaelle et merci, j’ai toujours été convaincue qu’on pouvait allier philosophie et business et toute ma vie pro n’a été que dans ce sens… des années de galères et d’incompréhensions qui m’ont valu bien des désillusions… pourtant je n’ai jamais lâché le morceau et aujourd’hui c’est ça qui paie.

      Entreprendre permet ce luxe là. C’est un engagement de tous les instants mais alors quand le résultat est à la hauteur de l’engagement, ça vaut tout l’or du monde. Toujours suivre ce en quoi on croit !!

    • Céline

      Avec plaisir.

  • princesse lointaine

    Très bien vu et très éclairant pour la créatrice que je suis!!
    La mise à plat de ces données fondamentales est à lire et relire.

    Quelles sont les prochaines dates à Paris svp?

    Cordialement,
    Hélène

    • Céline

      Merci « princesse lointaine ». Ayant eu plusieurs demandes en off pour Paris, je vais y réfléchir et vous proposer ça prochainement ! N’hésitez pas à consulter régulièrement la rubrique Actualités et Revue de Presse, et la page Facebook :
      http://www.facebook.com/leluxedetresoi

      A bientôt !

  • Cécile Bonnet

    Bonjour Céline,

    Tes 4 conseils sont de puissantes racines à planter dans le sol de sa réussite si on veut qu’elle grandisse, qu’elle fleurisse tous les ans et qu’elle tienne bon les hivers et les tempêtes …

    A article dense, commentaire dense 😉
    1- Finalement je me disais que ton 1er point (« définir sa vision de la réussite ») c’est un peu pour moi la définition du bonheur. Tout comme le bonheur, la réussite part de soi parce qu’elle est déjà en nous. Pas besoin de l’attendre ou de s’épuiser à la chercher à l’extérieur.
    2- Ton 2ème point (« arrêter de se comparer ») me rappellent que la concurrence ou l’admiration doivent rester un booster et non un « dévoreur ». Oser être vraiment soi, c’est aussi montrer qui on est dans nos heures les plus sombres, pas seulement mettre le projecteur sur ce qui va bien et nos résultats positifs. Si tout le monde prenait réellement ce luxe, cela éviterait les illusions que tu décris. On réduit souvent à mon goût la réussite au(x) succès, tout comme on confond bonheur à une sorte de punch excessif permanent.
    Savoir dire non pour cultiver l’estime de soi, c’est aussi aller vers des personnes qui nous respectent et fuir les autres. Par exemple, ne pas se laisser exploiter par des clients (je calculais encore hier un taux réel horaire d’une entrepreneure effarée de constater avec elle qu’il était à 5 euros de l’heure, on ne parle même pas de son salaire !. Travailler en sous-traitance pour une entreprise pareille me laisse perplexe et furieuse de leur vision du business et de leurs valeurs.)
    3- haha ton 3ème point me plaît beaucoup (« parler moins, agir plus ») ! Je me bats souvent contre l’expression de facilité « les cordonniers sont les plus mal chaussés ». On veut faire la différence ? Et bien voilà déjà une marge possible énorme. Comment inspirer confiance (la base de la relation commerciale et de l’attractivité) si on incarne pas soi-meêm ce que l’on vend ? Une évidence et pourtant …
    4- Ton 4ème point (« se remettre en question ») me renvoie à un article que je suis en train d’écrire : c’est justement dans le creux de la vague que naissent les ingrédients de notre réussite car ce sont dans les moments de doute qu’on se remet le mieux en question, ce qui nous permet de mieux prendre une nouvelle vague pour surfer dessus 😀

    Merci pour cet article Céline, vivement les suivants !
    Cécile

    • Céline

      Bonjour Cécile, certaine que tout cela allait grandement t’inspirer ! A commentaire dense, réponse dense 😉

      1- Oui réussite et bonheur se rejoignent finalement. Ceci dit, je reste méfiante sur le mot « bonheur », j’ai beaucoup de mal avec parce qu’on croit que c’est un état permanent à atteindre. Alors qu’en fait c’est une sensation fugace, qui vient, qui part, qui reste… et on peut être heureux et triste en même temps.

      On croit qu’il faut être heureux pour être heureux. Alors qu’en fait – et je sais de quoi je parle pour avoir vécu des heures et des semaines et des mois plus que sombres – il faut seulement chercher à être en accord avec soi-même. La nuance est de taille, car ça signifie qu’on accepte aussi de ne pas aller bien, d’être affaibli, démoralisé… et puis ensuite d’en faire quelque chose.

      2- Ce point rejoint le 1er, il n’est pas du tout évident d’oser être soi en contexte pro tant que personne ne nous l’a « permis » (et c’est vraiment le mot), donc on confond beaucoup de choses mais comme je le dis, ça nous arrange de regarder chez les autres : ça nous évite de regarder ce qui ne va pas chez nous.

      Dire non, j’en ai déjà parlé, avant de créer ma boîte j’ai passé 8 ans à dire non à des jobs et des entreprises qui ne me correspondaient pas… et là je vais citer notre chère Marie-Pier Charron : « Au fond, on ne peut qu’être serein devant l’avenir lorsqu’on sait qu’on avancera toujours du mieux qu’on le peut vers ce que l’on veut vraiment et que l’on ne choisira jamais une maison, un emploi, un partenaire de vie, ou une paire de jeans qui ne nous sied pas comme un gant… »

      3- Exactement, les cordonniers sont censés être les plus mal chaussés, en attendant un cordonnier bien chaussé a une nette longueur d’avance sur tous ses concurrents…

      4- Plus de remise en question évite tout simplement de se croire arrivé, se croire au-dessus de tout, se croire tout permis, j’en ai côtoyé de ceux-là et une chose est certaine dans la vie : ton « karma » finit toujours par te rattraper. L’effet boomerang peut faire très mal, alors mieux vaut travailler et se comporter en étant au clair avec soi-même et les autres…

      A bientôt 🙂

  • Louvero de clothe to me

    Il y a des lectures qui aèrent la tête, ça commence par quelques lignes et hop on se laisse capter par le reste. Comme en écho avec soi, les mots glissent en nous en douceur, les phrases résonnent mélodieuses et tout est d’une limpidité déconcertante et enthousiasmante. eh bien ce texte me fait cet effet là, je suis en accord avec tout, tout, tout et je vais le partager de ce pas. Merci, merci ! Belle continuation à toi et ton équipe !

    • Céline

      Bonjour « louvero », merci et oui merci de préciser « mon équipe » même si je travaille seule : cet article c’est le fruit d’un tas de rencontres et d’échanges avec des entrepreneurs de tout bord, d’un tas d’heures de travail avec mes clients, d’un tas d’heures de travail sur moi-même avec des personnes dont c’est le métier de m’accompagner… parce qu’avant tout, pour faire un métier où on accompagne les gens dans quelque domaine que ce soit, il faut soi-même avoir le recul, la distance et l’objectivité justes sur ce qu’on vit et ce qui se passe autour de nous. Et il est impossible de faire l’économie de ce travail là… incarner ce qu’on vend, ça facilite nettement le business. Et ça ne peut pas se faire seul !

  • Isabelle@Reussitepourmampreneur

    Bonjour Céline,

    4 conseils auxquels j’adhère totalement et qui nous rappellent que réussir, c’est se donner l’autorisation d’être SOI totalement !

    Merci pour ce bel article !
    Isabelle

    • Céline

      Bonjour Isabelle, c’est exactement ça : se donner l’autorisation d’être soi totalement !!!

  • Natalia b.

    Bonjour Céline,

    et un clin d’oeil pour les commentaires très pertinents.
    Un vrai régal ce matin, un façon de se remettre droit dans ses baskets!
    Donc un grand merci pour cette précision, cette netteté, cette vivacité, cette authenticité que vous nous livrez généreusement.
    Un bain de jouvence pour les femmes-entrepeneures.
    Je peux dire une chose, cela me donne envie de vous rencontrer, et de rencontrer tous ces visages derrières les commentaires.
    Parce qu’être en relation avec des personnes inspirées et inspirantes donne aussi de belles racines à l’envie d’être soi et de réussir ce en quoi l’on s’engage corps et âme.
    Petite parenthèse : le besoin de bien s’entourée se fait sentir de plus en plus, j’ai en ce moment la sensation que le sud de la France a bien du mal à décoller en matière de collectif innovant et entreprenant dans la veine de votre éthique et de vos valeurs humaines.
    Pour tout dire j’aimerais déployer mes ailes avec des partenaires aussi enjoués et engagés.
    En attendant,je me sustente de cette « capsule de vie » régénérante.

    Merci Céline.

    • Céline

      Bonjour Natalia, faites moi signe quand vous êtes de passage à Paris ! Indispensable de sentir entourée quand on choisit de « penser à côté »… à bientôt !

  • patricia

    Bonjour Céline et merci pour « ces accords tolthèques façon Céline Boura »

    J’ai fait mes fiches et je vais m’en inspirer car elles tombent à pic et il n’y a pas de hasard bien sûr :-).
    En ce moment, je reconnais que je suis plutôt dans le secteur 3 et que j’ai à passer à l’action et à sortir d’une zone de confort consécutive à la mise en place de l’année dernière.
    A moi de passer à autre chose maintenant et surtout à faire la paix avec une part de moi que j’ai longtemps voulu ignorer.

    Dans la remise en question, difficile de continuer de se planquer quand certaines choses vous arrivent en pleine figure et que l’on sait que tant que ce truc là ne sera pas intégré mais toujours évité, eh bien, ça ne fonctionnera pas.

    Donc, pour l’instant, je vais approfondir le sujet et voir comment ça peut prendre forme. J’applique les préceptes que je j’enseigne sinon à quoi bon !

    Merci pour ce message Céline et même s’il dérange, je sais que c’est pour la bonne cause. La vie est loin d’être un long fleuve tranquille 🙂

    • Céline

      Bonjour Patricia et merci pour votre témoignage. Comme vous le dites très bien : « Dans la remise en question, difficile de continuer de se planquer quand certaines choses vous arrivent en pleine figure et que l’on sait que tant que ce truc là ne sera pas intégré mais toujours évité, eh bien, ça ne fonctionnera pas ». Cap difficile, mais nécessaire.

      Et comme vous le dites aussi, si cet article dérange, c’est pour la bonne cause. On ne cesse de parler de (re)mettre l’humain au coeur de l’entreprise… et bien ça commence par là, à ce que chacun se reconnecte à sa part d’humanité…

  • LE GRAND

    Bonjour Céline,

    Encore une fois, des propos qui tombent exactement dans ce que je suis en train d’étudier. (oui, je ne fais pas que des cookies en fait, c’est une couverture, j’apprends à me connaître)
    Et cet article va vraiment dans le sens du livre que je t’ai conseillé hier, je remets le titre ici au cas où il y aurait des intéressés : « Just Start » Take action, Embrace Uncertainty, Create the future »
    Tout y est détaillé : l’action, l’apprentissage par ses actes, le désir, le besoin…

    C’est incroyable la force que l’on se découvre quand on a tout ça en soi. Parce que finalement, on l’a tous, dès la naissance, cet instinct d’entrepreneur. On nous apprend juste à vivre avec des règles qui nous font oublier que l’on peut réfléchir autrement!
    Mais nous ne l’avons pas tous oublié, et c’est pour ça que nous nous sommes lancés!

    Bonne journée!!

    • Céline

      Bonjour Aurélie, j’aime bien ta phrase « oui, je ne fais pas que des cookies en fait, c’est une couverture, j’apprends à me connaître » car entreprendre c’est exactement ça : notre métier est une « couverture » pour mieux se connaître, mieux connaître les autres (via nos clients, réseaux…) et répondre à un besoin profond de sens… on ne l’a pas oublié et c’est pour ça qu’un jour on a pris la folle décision d’entreprendre.

      Car je m’interroge toujours sur le pourquoi du comment les entrepreneurs tiennent le « coup » alors qu’avant de pouvoir vivre décemment, ce sont des années de labeur… il y a ce quelque chose au-delà d’une histoire d’argent : une histoire de sens.

      Et je crois que trouver du sens permet de toucher à quelque chose de fondamental en soi : la liberté. Pas forcément la liberté extérieure car on est toujours lié à des impératifs, des délais, des factures… mais une forme de liberté intérieure, qui effectivement devient très puissante quand on met le doigt dessus.

      Tu es en plein dedans 😉 Keep up the good job ! A bientôt.

      • Béatrice

        Bonjour Céline, Aurélie,
        j’adore cette vision de couverture et de liberté ! C’est bien ça, moi aussi, j’ai sûrement eu besoin de cette couverture pour « couver » longtemps et faire éclore ce que je suis aujourd’hui. ça prend du temps… Car c’est dur d’aller vers cette liberté d’être soi, mais entreprendre nous y mène plus rapidement, plus profondément et irrévocablement… Avant, il y avait ma vie « pro » et ma vie « perso » et maintenant si je visualise l’ensemble, il y a ma « VIE » sans délimitations, comme un cercle harmonieux qui tourne. Mais cette liberté intérieure est parfois angoissante, car on réalise que tout ne tient qu’à soi. Quelle énergie il faut pour avancer par soi, pour soi, avec soi ! Mais quelle force aussi cela donne…
        Sur ce, je vais nager (oui en pleine journée !). Et cette liberté là, elle n’a pas de prix, je la savoure à chaque fois aussi fort !
        A bientôt

        • Céline

          « C’est dur d’aller vers cette liberté d’être soi, mais entreprendre nous y mène plus rapidement, plus profondément et irrévocablement… »… exactement ça Béatrice.

          Comme on l’évoquait encore hier en formation, entreprendre, à la base, c’est avoir besoin réparer de quelque chose de très fort en soi… difficile de ne pas se laisser dévorer par ça, mais quand on a compris à quoi ça tenait, on franchit un sacré pas.

  • Gwennan Melscoët

    Bonjour Céline,
    Je suis ton blog depuis quelques mois et je dois dire qu’il a contribué à ton 1er point me concernant. Je suis dans l’aventure de l’entreprenariat depuis 2 ans et je recentre actuellement toute mon activité sur ce que je sais faire de mieux et pour les gens que j’aime et j’admire : le conseil en image professionnelle pour les hommes et les femmes portés par leurs valeurs. Donc merci à toi pour ta contribution à distance…
    Je me retrouve complètement dans ce « point 1 » et notamment dans l’expression « être utile ». C’est mon slogan depuis quelques mois et cette ambition m’a toujours portée depuis mon adolescence… C’était même le titre d’une contribution à laquelle j’ai fortement contribué il y a quelques années, au sein d’un mouvement politique de jeunes de gauche (une autre vie!).
    C’est toujours aujourd’hui ce qui me porte : voir que je suis utile à mes client(e)s qui sont plus confiants grâce à notre collaboration…
    Je rejoins Cécile, c’est ça le bonheur ! 😉

    • Céline

      Bonjour Gwennan, je suis toujours ravie d’apprendre que mon blog apporte contribution dans la vie de ceux qui me lisent, d’une façon ou d’une autre… c’est en ça que la notion d’utilité est indispensable pour se réaliser.

      J’aime bien le : « Etre utile… C’était même le titre d’une contribution à laquelle j’ai fortement contribué il y a quelques années, au sein d’un mouvement politique de jeunes de gauche (une autre vie!) ». On n’a qu’une seule vie dans laquelle sont imbriquées un tas d’expériences… et trouver le fil conducteur entre ces expériences qui bien souvent peuvent paraître très éclectiques, est la 1ère clé d’entrée à sa propre réalisation.

      Bravo pour ce que tu fais ! A bientôt.

  • Shérine

    Coucou Céline!
    j’ attendais ton post avec impatience, c’ est un vrai délice et écho à ma vie :)merci!

    « La vie ne s’occupe pas de nos désirs mais, elle s’arrange, parfois de manière très inattendue, pour répondre toujours à nos besoins ».

    Et bien je te le répète c’ est exatement de cette manière que ton blog est apparu sous mes yeux 🙂

    • Céline

      🙂 Merci Sherine !

  • Sofi

    Bonjour Céline,

    Juste bon de vous relire entre 2 séances!
    Actuellement en phase

    3.
    Parler moins, agir plus
    = + de crédibilité

    cette année a été pour moi l’année des défis…ou plutôt l’année de ma zone d’inconfort….QUI EST DEVENUE AUJOURD’HUI….MA ZONE DE PRESQUE CONFORT 🙂
    1.Prise de parole en public
    2.reprise des cours de dessin!( ma zone de passion ;))

    Merci encore à vous pour ce bout de chemin parcouru ensemble!
    Bien à vous
    Sofi

    • Céline

      Merci Sofi, ravie de lire « l’année des défis…ou plutôt l’année de ma zone d’inconfort….QUI EST DEVENUE AUJOURD’HUI….MA ZONE DE PRESQUE CONFORT » 😉 Comme quoi, l’impossible est souvent à portée de main… !

  • Cécile Molliet

    Merci Céline, vos articles sont inspirants et énergisants. Je m’y retrouve complètement. Où peut-on vous rencontrer ?
    Bien à vous
    Cécile

    • Céline

      Merci Cécile 🙂 On peut se rencontrer sur Paris ou par skype, n’hésitez pas à m’envoyer un MP ! A bientôt.

  • Natalia

    Merci Céline pour les conseils,j’ai l’impression que tu lis dans mes doutes.

    • Céline

      Certainement 😉

  • Aline

    Merci pour cet article vraiment riche en enseignements! Il arrive des jours où le stress me déborde de la tête et c’est assez difficile à lâcher-prise, je me souviendras de tes conseils (le dernier en particulier qui tombe vraiment à pic).
    J’espère que tu pourras bientôt nous pondre de nouveaux articles!
    Bonnes vacances à toi. =)

Publier un commentaire