6 leçons de business
que la vie m’a apprises

Amamak-photography

© Amamak Photography

 

Pendant mes vacances, je suis tombée sur un magazine économique étranger qui titrait : « Ce que j’ai appris du monde des affaires, des crises, de la vie, de Dieu, de la presse, du pouvoir du vélo – conversations avec 6 leaders ». Autant dire le type de lecture qu’on ne trouvera pas de sitôt en France. Où l’image médiatique du chef d’entreprise se résume à : combien on gagne, comment on gagne plus, comment on fait mieux que ses concurrents… et éventuellement comment on motive ses salariés.

Pourtant, un chef d’entreprise, quelque soit le nombre de personnes qu’il gère et le CA qu’il génère, c’est d’abord un être humain qui se lève le matin avec des convictions, se couche le soir avec des angoisses, traverse plus que la moyenne le doute, l’adversité, mais aussi la passion, l’accomplissement.

 

De la vie intérieure
d’un chef d’entreprise,
on a rarement écho.
C’est pourtant là
que tout se joue

 

L’école, les études, le marché du travail ont beau nous fournir des boîtes à outils de savoir-faire, elles s’avèrent insuffisantes quand on se confronte à l’épreuve de feu qu’est l’entrepreneuriat. Parce qu’un élément capital entre en ligne de compte et personne ne nous l’a jamais dit : la gestion de ses propres ressources humaines.

Entreprendre, pour moi, ce n’est pas seulement créer et gérer une entreprise, c’est créer et gérer sa vie tout court. C’est se servir de ce qu’on est comme de la matière première à solutions. Et des solutions, quand chaque jour on doit compter sur soi, il faut sans cesse en trouver et en inventer.

 

Alors comment on fait ?

 

On cherche tous des modes d’emploi. Ça fait vendre tout un tas de livres, de méthodes et de séminaires qui proposent des stratégies gagnantes pour avoir plus de clients, vendre mieux, être plus performant… Ça donne des pistes, mais ça ne résout rien au cas par cas. Parce qu’il n’existe pas de mode d’emploi.

 

Le mode d’emploi,
c’est être soi

 

Veuve, maman solo, chef d’entreprise : chacune de ces situations est une montagne sans fin à gravir au quotidien. Mon quotidien, c’est ces 3 montagnes à la fois. Bob Marley a dit un jour : « Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu’au jour où être fort reste ta seule option ».

Le mode d’emploi pour moi c’est ça : ce qu’on arrive à sortir de soi quand on n’a pas d’option, pas de plan B, pas de porte de sortie, le besoin viscéral de faire un pas en avant, pour ne pas faire un pas dans le vide. C’est ce que personne ne nous apprend… mais que la vie se charge de nous apprendre quand elle balaie tout sur son passage.

Il m’a fallu un an d’apprentissages de vies en accéléré pour comprendre pourquoi et comment j’ai pu amener mon entreprise à un niveau dépassant toutes mes espérances, tout en traversant la pire épreuve d’une existence. Aujourd’hui je partage avec vous les 6 leçons de business que la vie m’a apprises.

 

 

1.
Se recentrer sur l’essentiel

 

Mon business plan ne contient
aucun chiffre et qu’une seule ligne :
être en accord avec moi-même.

 

Sachez fondamentalement ce qui est important pour vous, et demandez-vous le plus souvent possible si votre vie et votre travail vont dans ce sens. Si ce n’est pas le cas, prenez le temps d’identifier comment être/faire mieux, plus, ou différemment. Pour mettre en marche le changement, accrochez-vous à du positif, dans vos lectures, dans vos conversations, dans vos relations.

Dédiez votre temps et votre énergie à un seul objectif  : votre bien-être intérieur, qui aura un impact direct sur la qualité de vos relations et donc sur la performance de votre entreprise. Eteignez la télé, allumez la lumière à l’intérieur de vous et branchez-vous sur la prise +++. Ne la lâchez plus, car c’est votre état d’esprit qui créé votre vie… et pas l’inverse.

 

2.
Ne compter que sur soi

 

Je n’envie jamais les autres,
mais je me demande toujours comment faire
aussi bien que ceux qui m’inspirent.

 

La crise, la météo, le manque de temps, l’avis des autres ne sont en rien responsables de votre vie. On passe beaucoup de temps à se préoccuper de ce qui se passe à l’extérieur de nous. Et à l’intérieur ? Ayez autant d’indulgence et de bienveillance pour vous, que pour ceux que vous aimez. Quand on a la charge d’une entreprise et d’une famille, c’est un devoir et une question de dignité. 

Cela demande un courage immense, parce que personne ne le fera à votre place. Prenez vos responsabilités, regardez toujours le verre à moitié plein, même s’il ne contient qu’une seule goutte, parce que c’est quand on sort du fatalisme que la vie se charge de nous trouver des solutions.

 

3.
Travailler avec son cœur

 

Ce que je donne à mes clients
c’est ce que j’attends d’une relation,
qu’elle soit personnelle ou commerciale.

 

Du respect, de l’exigence, de l’autonomie, de la bienveillance, de la cohérence. Avant d’être un portefeuille, un client/prospect est une personne qui a un énorme besoin d’être reconnue à sa juste valeur. Ne cherchez pas à lui vendre votre business, essayez de l’aider à résoudre son problème.

Ce n’est peut-être pas elle qui achètera chez vous, mais par effet domino, ce que vous avez semé, vous le récolterez ailleurs au centuple si votre intention est sincère. Et en créant de vrais liens humains, on ne fait pas seulement de belles affaires, on fait aussi de très belles rencontres qui aident à orienter sa vie.

 

4.
Se fier à son intuition

 

Toutes mes actions et décisions
sont guidées par l’intuition,
mais jamais par le hasard.

 

Peu de chefs d’entreprise l’avoueront, mais tous ceux qui réussissent ont en commun un flair ultra développé. Tout le monde en a un, mais la plupart du temps, il encombre plus qu’il n’aide. Pourtant, votre intuition vous dit déjà là où vous devez aller, comment et avec qui. Ce n’est pas toujours rassurant, ni confortable, alors on préfère l’ignorer.

Soyez à l’écoute de ce qui se passe dans votre corps et dans votre tête face à telle situation, telle personne, telle opportunité… bien rôdée et bien écoutée, l’intuition devient un outil de travail très puissant pour agir beaucoup plus vite et rebondir beaucoup plus loin.

 

5.
Écouter avec ses yeux


On dit que bien vendre,
c’est savoir écouter.
Pour moi c’est aussi savoir regarder.

 

Je parle souvent de l’importance des détails : c’est parce qu’ils parlent à la place de vos interlocuteurs. Désapprenez à percevoir pour mieux apprendre à voir : les micro-expressions de leur regard, les mouvements de leur sourire, la texture de leur peau, leur démarche, leur façon de s’asseoir, leur écriture, les finitions de leurs vêtements, la forme de leurs bijoux, la déco de leur bureau, les titres des livres de leur bibliothèque… etc…

Ne jugez pas, observez. C’est la meilleure façon de comprendre ce qu’ils ne vous disent pas. De décrypter leur personnalité, leurs valeurs, leurs émotions, leurs contradictions, et donc d’entrer en empathie – ou pas – avec eux.

 

 

6.
Ne pas avoir de regret

 

On croit que pour faire les choses
il faut avoir confiance en soi.
Je crois plutôt qu’il faut avoir
confiance en la vie pour faire les choses.

 

Ce que la vie m’a apprise, c’est que chaque épreuve, aussi éprouvante soit-elle, est une opportunité d’apprendre sur soi et sur les autres, et donc de s’améliorer. Se dépasser, c’est réaliser que ce qui ne tue pas ne rend pas plus fort, mais plus sensible et plus affirmé. C’est comme le Grand 8 : on tremble d’y monter, mais une fois terminé, on en veut encore !

La vie, l’entrepreneuriat, qu’on le veuille ou non, c’est un Grand 8. Un jour en haut, le jour d’après en bas, le coeur qui se décroche, se raccroche, la peur du vide, l’excitation de l’inconnu… tout va très vite et c’est une illusion de penser qu’on peut maîtriser quoique ce soit.

La seule chose qu’on peut maîtriser, ce sont nos choix. Et quand on choisit de vivre à fond sa vie et son business malgré la peur du vide, de l’inconnu, du lendemain, les rencontres et les opportunités viennent à vous de façon très surprenante, et en même temps très naturelle.

 

 

De ces 13 derniers mois qui en ont valu mille, qui m’ont passée au rouleau compresseur dans le chaos comme dans le sublime, j’ai fini par comprendre la signification profonde de ce mot étrange et si précieux : lâcher-prise.

 

Lâcher prise, c’est ne plus désirer être heureux à tout prix.
C’est découvrir que le bonheur,
c’est cette capacité à garder les mains ouvertes,
plutôt que de les laisser agrippées
à ce que nous croyons nous être indispensable

– Rosette Poletti & Barbara Dobbs

 

Je conclurais simplement par une phrase de l’une de mes clientes, chef d’entreprise chevronnée, qui a été le point de départ de cet article : « Avant je voulais être parfaite. Maintenant je veux juste être humaine ».

Et si le mode d’emploi commençait par là ?

RESTONS EN CONTACT
Encore plus d’inspiration chaque mois dans votre boîte mail

A VOIR, A LIRE, A RESSENTIR

A propos de Céline Boura

Pionnier dans l’âme, visionnaire reconnu dans votre expertise, vous êtes aujourd'hui à un cap majeur de votre développement d'entreprise, à la recherche d’un nouveau souffle et d'une vision grand angle pour mieux asseoir et déployer votre envergure. Fondatrice du Luxe d'être soi depuis 2010 et créatrice de la Haute Couture Cellulaire ©, j'ai à coeur de vous accompagner dans cette démarche avant-gardiste et haut de gamme. Contactez-moi pour savoir comment co-cheminer ensemble !

129 Commentaires

  • georges grave

    wouaaaaaaaa, merci, cela fait tellement de bien de lire cet article, et de savoir que l’on n’est pas seul… Merci a toi, et un grand bravo pour avoir eu la force et l’energie de traverser une crise de vie ! et surtout, d’avoir l’humilite et la grace de nous le faire partager. Bonne continuation et vive la vie.
    Georges.

    • Céline

      Merci Georges, merci de ton passage ici, ça faisait longtemps… Vive la Vie, oui !

    • do carmo

      merci beaucoup vos écrits sont précieux pour les chefs d entreprises que nous sommes
      j edite un journal pour entrepreneurs et j aimerais publier ce papier (lu par 50 000 décideurs région centre et ile de france). seriez vous d accord ?
      si oui merci de m envoyer ce texte en format word avec une photo de vous et votre fonction / société
      bien cdt

      • Céline

        Oui je vous contacte par mail, merci.

  • Patricia

    Bonjour Céline

    et merci pour votre témoignage. Je n’ai guère de mots en ce moment pour exprimer ce que je ressents mais c’est bon de vous lire.

    Je rejoins ce que vous écrivez tout simplement.

    Pour ma part, je suis dans cette alchimie intérieure qui se fait sans que j’intervienne. Je la sens bouger, grandir sans savoir ce qui va en sortir mais j’ai confiance.

    Cet enfantement amène de la plénitude et je retrouve cette joie que j’avais lorsque j’approchais du terme de mes grossesses ainsi que cette envie de calme, de repos, avant d’accueillir l’enfant à venir.

    Belle journée douce et chaleureuse à vous Céline

    Patricia

    • Céline

      Bonjour Patricia, merci pour votre commentaire, toujours riche et éclairant. « L’alchimie intérieure qui se fait sans que j’intervienne », il y a quelque chose de ça. De l’ordre de l’acceptation, et de la confiance. Un enfantement ? Une renaissance.

  • georges grave

    Cadeaux. C’est un article que j’ai ecrit il y quelques semaines pour un journal Seychellois. Il est pour toi.

    “Be Happy” ….by Georges Grave
    Il y a quelques jours en me promenant a Victoria, je lisais sur des banderoles « Be Happy, Make Seychelles Happy » Cela annonçait une conférence organisé par le National Council for Children sur le thème du bonheur.
    Je me suis donc posé la question : Georges es tu heureux ? Je connaissais la réponse car c’est une question que je me pose très souvent depuis bien des années. Oui, je suis heureux car je le veux !
    Oui, je crois que le bonheur se construit tous les jours, jour après jours, années après années. Le bonheur, c’est une volonté, c’est un désir profond. Oui, je décide d’être heureux et je travaille pour ca !
    Ce matin en ouvrant ma page Face Book, je découvrais la pensée du jour qui disait : Les 4 paroles qui guérissent, Désolé, Pardon, Merci et je t’aime. Nous voila déjà au cœur du sujet, car pratiquer au quotidien ces 4 merveilleux mots sont les clefs pour ouvrir la porte du bonheur.
    Merci. C’est, je crois le mot le plus magique et le plus fort que je connaisse. A chacun de mes anniversaires, lorsque ma petite maman était encore en vie, mon premier coup de fils était pour elle afin de la remercier de m’avoir mis au monde, et maintenant presque tous les soirs avant de dormir, je remercie la vie de me permettre d’être ce que je suis.
    Pardon. Il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre que pardonner était libérateur. Le pardon, c’est la liberté, pardonner c’est dompter son ego. Pardonner, c’est une façon positive de reprendre le chemin de la vie….
    Désolé. C’est en fait faire l’apprentissage du partage, l’apprentissage de l’humilité, Etre désolé, c’est comprendre que l’autre a sa place et que l’on peut avancer ensembles.
    Je t’aime. Dire je t’aime est la chose la plus puissante qui existe ! C’est comme un boomerang, l’amour nous revient toujours en pleine face, donc soyons généreux, osons aimer, osons recevoir, osons ouvrir la porte du bonheur !
    Certes, il n’y a pas de recette du bonheur, et c’est à chacun de construire sa cathédrale en cherchant et en trouvant ses propres outils. Et sa cathédrale sera unique ! Ce qui est certains, c’est que le bonheur est en nous et il faut donc arrêter de le chercher ailleurs. C’est un long chemin d’introspection, c’est un travail sur soi rigoureux, mais cela en vaut vraiment la peine. Personne d’autre que vous-mêmes ne peut faire votre bonheur. Pour s’en approcher l’esprit doit prendre de la hauteur, cesser d’être absorber par le premier désir venu, explorer ses profondeurs et ne pas avoir peur de soi !
    Bien sur, si l’on parle bonheur, il ne faut pas oublier la notion de plaisir et de joie. Un message aux jeunes qui recherchent un travail : avant de se poser la question, combien vais je gagner ? il faudrait se poser la question, ou est ce que je vais me faire le plus plaisir ?
    Rien n’est jamais acquis dans la vie et rien n’est stable (surtout pas le bonheur) , et il faudra donc recommencer tous les jours, comme il faut arroser son jardin chaque soir. Le bonheur, c’est le réservoir de l’âme pour les gens positif, et c’est a nous de veiller a son niveau.
    Les gens que l’on fréquente sont important a l’élaboration de notre bonheur. Moi, j’évite systématiquement les grincheux et les râleurs professionnels, ceux qui passent leur temps a attendre le vendredi, et qui ne sourit jamais. Ce sont des pollueur de vie. Moi, je veux être l’acteur de ma propre vie. Le bonheur est contagieux, plus je suis heureux et plus je rencontre des chercheurs de bonheur comme moi. Les autres se méfient et certains on même peur de cette énergie puissante qu’est le bonheur !
    Ce bonheur accompagne la Vision que nous avons de la vie, il nous aide a atteindre nos objectifs plus facilement, et surtout il nous aide a remplir notre boite a rêves !
    Les gens heureux sont en meilleurs sante, se sentent mieux et sont plus performants au travail, alors pourquoi ne pas prendre l’habitude d’être heureux le plus souvent possible ?
    Bien des gens remettent la recherche du bonheur a plus tard, a la fin des études, lorsqu’ils auront de l’argent, ou bien une fois trouvé la femme de sa vie, ou bien encore quand ils auront une maison, un travail… etc. Pourquoi remettre le bonheur à plus tard.
    Pour moi, le bonheur, c’est ici et maintenant !

    • Martine Mouchet

      merci de nous rappeler l’importance de ce 4 mots ! c’est génial! merci

    • Flo

      Mille mercis Georges de ce partage. J’aime penser que le Bonheur est le réservoir de l’âme. Oui, il se cultive, s’entretient comme une terre fertile.

      Florence

      • Céline

        Merci Georges, tout à fait dans la lignée des propos que tu avais tenu dans mes lignes il y a bientôt 2 ans, que je relis régulièrement à plaisir. Je remets le lien de cette interview qui m’habite encore :
        https://www.leluxedetresoi.com/2010/10/13/georges/

        « Rien, mais vraiment RIEN n’est stable dans la vie. Tout change, tout évolue, tout apparaît et disparaît, les émotions tristes ou joyeuses, les sentiments, l’amour, tout passe avec le temps, avec la vie… Rien n’est stable, pour moi c’est le secret du bonheur et je le mets en pratique chaque jour. Ce qui me permet de vivre à fond chaque chose car tout finalement est éphémère ».

        Encore merci.

    • Blandine

      Les 4 mots piliers du Ho’ponopono. Philosophie de vie.
      Merci de ce partage à tous.

  • Véronique

    Magnifique article, être à l’écoute, observer, être soi-même , travailler avec son coeur…
    J’aime cette philosophie du travail.
    Bonne journée.

    • Céline

      Bonjour Véronique et merci de votre passage ici. Philosophie de travail partagée par de plus en plus de personnes et d’entreprises… continuons le mouvement… à bientôt !

  • Mathilde

    Merci pour ces mots, sublimes et si bien exprimés.
    Ma petite entreprise n’a que quelques mois et comprendre, connaitre le chemin à prendre est très difficile. Je vous rejoins dans l’envie d’être parfaite mais tellement impossible.. Les déceptions sont durs, les angoisses, le stress de l’inconnu. Le laché prise semble etre la solution, mais comment l’atteindre ? comment en etre capable ?

    Merci encore pour ce bel article,

    Mathilde – Rose et Vert

    • Céline

      Bonjour Mathilde, pas de recette à donner pour le lâcher-prise, à part ne pas avoir peur d’aller voir en soi… aller voir en les autres… se faire aider pour comprendre. Ne pas avoir peur du labeur. Ce sont malheureusement souvent des circonstances dramatiques qui nous amènent sur ce chemin. Quand on a sous les yeux la preuve incarnée qu’on ne maîtrise rien… sauf ce qu’on a envie de faire de notre éphémère passage sur terre.

  • Valérie DANG VU

    Tout simplement magnifique ! A vous lire, j’en ai des frissons.

    • Céline

      Frissons partagés… merci Valérie.

  • Martine Mouchet

    merci pour ce magnifique article!

    • Céline

      🙂

    • Céline

      Je sais… pas le smiley à dispo, mais toi-même tu sais…

  • Patricia DETHYRE

    Chère Céline,

    je viens de lire ton texte si bien écrit, si humainement parlant, si encourageant et j’en suis encore bouleversée (je l’ai d’ailleurs immédiatement partagé car je sais combien il peut profiter à d’autres).

    Comment te dire à la fois ma compassion pour les épreuves que tu as traversées, mon admiration pour ton courage et ta détermination, mon humilité d’entrepreneure face à ta philosophie entrepreneuriale.

    J’aimerais tant avoir, moi aussi, cette capacité à faire fi du superflu pour se concentrer sur l’essentiel ; ce recul exemplaire dont tu témoignes, ce lâcher-prise que je désespère de mettre en œuvre sans y parvenir réellement.

    En ce moment et après plusieurs mois de « disette » et de doute, je ne sais plus quoi faire de ma vie : poursuivre mon activité en indépendante qui ne me procure pas les moyens de vivre ou retourner « galérer » en salariat pour ne plus avoir à compter, à douter, à risquer…

    Hypermotivée au départ (il y a près de trois ans), il me faut aujourd’hui concéder que je n’ai peut être pas, comme toi, la fibre entrepreneuriale nécessaire, la confiance en moi suffisante, la facilité de contact indispensable…

    Enfin, te lire a été ce matin comme une éclaircie dans mon brouillard. A te lire, je sais que je ressens les mêmes aspirations à l’humilité, à l’écoute, au partage, à bien faire mon travail au mieux des besoins de mon alter-égo. Je ressens moi aussi des intuitions fulgurantes, mais contrairement à toi, je ne parviens pas à les mettre en œuvre.

    Aussi, je ne doute pas un instant que ton texte m’accompagnera longtemps dans ce cheminement personnel qui, je l’espère, me conduira à mieux et plus travailler.

    Merci d’être telle que tu es.
    Patricia

    • Bernard Fagot

      Bonjour Patricia.

      je ne vous connais pas mais votre courrier me parle.

      Avez-vous lu ?  » J’ai perdu mon Job, mais ça me plait ( texte d’origine  » je n’ai pas d’argent mais ça me plait » de Lilou Macé.

      Je pense que l’essentiel dans ce livre ne vise pas seulement à retrouver un « job » mais l’élan qui vous pousse à monter à bord du double 8, tout en ayant peur mais en pouvant résister à cette envie.

      De plus , ce livre est le récit d’une histoire vécue par l’auteur.

      et l’Eloge de la Chance de Philippe Gabilliet.

      Je vous les conseille.

      Ils pourraient être une illustration de ce merveilleux partage de Céline.

      Bien à vous

      Avec enthousiasme.

      • Céline

        Patricia, merci pour ton témoignage, si le mien a pu t’éclaircir sur ton chemin, tant mieux car c’est sa vocation. Dans des moments charnières de vie comme celui que tu traverses, je ne saurais que te recommander de te faire aider dans ta réflexion. Ce « voyage intérieur », je le fais depuis longtemps avec plusieurs personnes (dont c’est le métier d’accompagner), j’en avais déjà parlé dans un article en octobre dernier : Trouver sa voie
        https://www.leluxedetresoi.com/2011/10/12/trouver-sa-voie/

        Cette dernière année, j’ai dû mettre les bouchées doubles, triples, quadruples pour tenir le cap personnel et professionnel. A titre informatif, j’ai travaillé avec 2 thérapeutes en soins énergétiques, une coach en développement personnel, une business coach, une coach vocal, une naturopathe-psy… rien n’est – malheureusement ou heureusement – le fruit du hasard, de la chance ou de la facilité.

        Bon courage et à bientôt !

  • Cécile Bonnet

    Le mode d’emploi c’est soi,c’est pour cela qu’il faut toujours travailler avec son coeur et écouter son intuition plus que les modes et les recettes. C’est ce qui permet de rester généreux envers soi et les autres.
    Tu as du flair Céline, du coeur, du courage et une rare intelligence émotionnelle.
    Je ne t’envie pas mais je me demande comment faire aussi bien à ma façon 😉

    • Céline

      Cécile merci, la réciproque est vraie te concernant. Tu fais partie de ces femmes qui m’inspirent, humainement et professionnellement. Je n’oublie pas que c’est toi qui m’a tendue la main pour venir m’exprimer à Rennes en juillet, qui m’a de manière indirecte « obligée » à me poser toutes ces questions, à aller voir plus loin en moi pour comprendre ce qui s’est passé au cours de cette dernière année. Pour ça, et pour le reste, merci !

  • Vincent BARBEROT (networkvb)

    Ma chère Céline,

    Je ne te connais pas encore, mais je t’adore à la lecture de ce magnifique texte.

    Je suis reparti de zéro dans tous les sens du terme le 4 janvier 2012, grâce à une rencontre le 21 octobre (tu connais bien ce jour je crois) 2011. Je serai à nouveau au sommet de la première étape de cette nouvelle vie le 21 octobre 2012.

    Contrairement à toi, je ne suis pas un grand littéraire. Une chose est sûre, je me suis reconnu dans ton texte. J’ai une seule chose à dire, un seul mot : MERCI

    • Céline

      Cher Vincent, merci pour ton commentaire, peu d’hommes ici, mais ceux qui osent le faire le font de manière toujours très élégante. Je te souhaite une belle route et une belle arrivée au sommet… de la 1ère étape… parce qu’à peine pense-t-on être arrivé, qu’on découvre qu’il y a encore beaucoup à parcourir 😉

  • Nathalie

    Juste merci pour cet article qui arrive en point d’orgue de mes réflexions de l’été.

    • Céline

      Merci Nathalie, belle continuation de réflexions à vous, et à bientôt !

  • Alexandra

    Tu devrais écrire un livre de success recettes …. ;-))

    J’adore te lire…J’ai beaucoup de chance de t’avoir rencontré sur mon chemin de vie…A bientôt !

    • Céline

      Alexandra, ah non surtout pas de success recettes, toi-même tu sais qu’il n’y en a pas 😉 Un livre de philo peut-être ?! Non plus… Ce que j’ai à écrire, je le partage ici. Le reste, c’est entre moi et moi 😉 Merci à toi et à très (très !) vite.

  • mulot

    Merci … merci. Juste et simple. Les mots ont un valeur forte, chacun a été utilisé et pèse, avec honnête et clairvoyance. merci

    • Céline

      Utilisé et pesé c’est le cas de le dire 😉 2 mois d’écriture dans ma tête, 1 semaine d’écriture/relecture/recommencement, 4 jours pour cliquer sur le bouton « publier »… alors tous ces retours, ça n’a pas de prix. Merci.

  • sybille

    Pour moi, il y a des êtres rares car ils « dansent avec la vie ».
    Ils avancent sur le chemin de l’humanité traversant les expériences avec le courage de rester eux-mêmes.
    Ils ont une puissance intérieure parce qu’ils n’ont rien à démontrer, à prouver, à revendiquer…juste ils sont.
    Et pour ceux qui les regardent, ils laissent leurs empreintes comme un baiser que l’on ne peut oublier.
    Tu fais partie de ces êtres et merci à la vie de m’avoir mise sur ta route.

    • Céline

      Chère Sybille, il n’y a pas hasard, que des rencontres… et là je vais citer (encore) Georges Gravé : « J’ai passé ma vie à rencontrer les bonnes personnes au bon moment. Elles me portent ou me blessent, mais toutes m’ont fait avancer quand il fallait que j’avance ». Merci aussi à toi d’être sur ma route.

      • Marie

        Bonsoir Céline,
        Comment t’expliquer la remise en question que je vis actuellement professionnellement? Je n’en ai sans doute pas besoin aux vues de mes premières lectures sur ton blog.
        Pourquoi depuis 8 ans que je travaille et me bats pour atteindre la perfection et la reconnaissance de mes pairs, les épreuves difficiles et décevantes se sont succéder?
        Grâce à ta citation, je viens de comprendre que j’ai rencontré les bonnes personnes aux bons moments et qu’en fait ces rencontres m’ont amenées à saisir que le métier que j’avais envisagé de faire les 40 prochaines années n’est pas celui qui me rend heureuse. Ces personnes qui m’ont blessée, en réalité m’ont aidée à avancer et à me tourner vers un métier qui me rendrait plus heureuse… C’est une révélation en moi. Une façon de lâcher-prise sur ce passé qui me déçoit, me frustre et m’attriste pour aller de l’avant et être heureuse.
        Vous aussi, êtes les bonnes personnes que je rencontre au bon moment pour me donner la foi d’avancer et le courage de puiser cette force d’antan en moi pour me battre et avancer!
        Merci (Tout simplement)

        • Céline

          Bonsoir Marie, merci pour ton témoignage et je suis contente que cet article et ces échanges puissent t’éclairer. L’impact que génère cet article est juste hallucinant. Merci !

  • Yves

    De tout ce superbe texte, je garderais une place spéciale pour la métaphore du grand 8 : « on tremble d’y monter, mais une fois terminé, on en veut encore ».

    Ça raisonne fort pour moi ! C’est comme d’être devant des grands 8 de plus en plus vertigineux. On sait que ce sera énorme… mais la vache que c’est haut, que ça va vite 🙂

    On se pose parfois toutes les questions du monde avant d’y aller. Mais une fois parti…

    Et un nouveau manège arrive juste après. Une nouvelle montagne russe ou pas, mais il faut reprendre son souffle et se lancer.

    Ca participe du sel de la vie finalement et je trouve l’image excellente.

    Merci pour le partage de ces belles leçons qui feront du bien à beaucoup de monde 🙂

    • Céline

      Yves, j’ai pensé à toi en écrivant cette histoire de Grand 8 😉 Un tour et ça repart…

  • Flo

    Céline,

    Durant cette année, tu as surfé… et c’est loin d’être évident de rester sur la planche -). Ton coeur, ton courage, tes convictions, tes valeurs, ton envie et tes intuitions t’ont ancré sur la planche pour surmonter les vagues, et aller encore plus haut…
    De cette hauteur, tu nous offres cet article qui va se propager, et faire des petits…
    Mille mercis. « Tu es une pépite lumineuse » me souffle-t-on… « comme la photo est inspirante »!!!

    • Céline

      Flo 🙂 merci d’avoir été sur la planche à mes côtés…

  • Odile

    1000 Mercis Céline pour ce très bel article : à savourer et à toujours garder près de soi.

    • Céline

      Merci Odile. Au plaisir de continuer à partager. A bientôt.

  • Bernard Fagot

    Il n’y a pour moi, qu’un Mot, Céline pour avoir su partager et offrir ce que j’appelle « le langage du coeur » dans l’Entreprise, un monde qui semblait l’avoir oublié:
    MERCI !

    Quelle joie, quelle énergie, quelle sagesse, quelle sérénité, quelle puissance,
    quelle Amour de la vie qui accueille et qui donne d’abord avant de recevoir.

    Merci d’avoir su mettre en valeur l’élan Créateur qui n’attend rien mais reçoit tout de la vie.

    « Venez jusqu’au Bord.
    Mais nous pourrions tomber.
    Venez jusqu’au Bord.
    Mais c’est trop haut.
    VENEZ JUSQU’AU BORD
    ET ils vinrent enfin.
    Il les poussa.
    Et ils volèrent. »
    (Christopher Logue)

    Merci d’avoir mis en scène, les valeurs et les nouveaux moteurs de l’art d’ entreprendre, du business en remettant l’Homme (l’être humain) à sa juste place : au coeur de la vie.

    Une réflexion sur le risque de Réussir à Partager avec le plus grand nombre , à essayer et à commencer tout de suite.

    Merci Céline !

    • Céline

      Bernard, merci pour cette superbe citation que j’avais déjà empruntée (à quelques mots près) pour illustrer un article « Du coeur et du courage », publié en mars :
      https://www.leluxedetresoi.com/2012/03/22/du-coeur-et-du-courage/

      Selon mes sources elle est de Guillaume Apollinaire. A confirmer ? Pour le reste, on est totalement en phase. Avec enthousiasme !

      • Bernard.F

        Merci Céline pour cette précision.

        Tes sources sont exactes. Les miennes ne sont pas pour autant totalement fausses car il existe bien un poète anglais du nom de Christopher Logue qui s’est approprié cette citation.

        Comme ce dernier est né après la mort de Guillaume Apollinaire, on pourrait penser que c’est Ch. Logue qui a copié sur le premier.

        A moins, que l’un et l’autre n’aient pris leur inspiration, d’un auteur plus ancien dans la littérature greco-latine ou antérieur ?

        Ce n’est pas impossible.

        Si l’un ou l’une d’entre-vous découvre l’énigme, ma curiosité est preneuse.

        Toujours avec enthousiasme.

  • Elise

    Magnifique !
    Un article à l’image du vrai chocolat, il fond merveilleusement en bouche, il se savoure ici et maintenant, se déguste encore et encore… Il laisse un souvenir inoubliable, une empreinte divine dans nos cellules qui ne demandent qu’à vivre avec intensité !
    Bravo, mille bravos !

    • Céline

      Elise, merci, vivons avec intensité 😉

  • Bruno

    En écoutant mon coeur battre plus fort à la lecture de l’article, puis en ressentant une vague de bien-être et d’énergie positive pour entreprendre la réalisation de ce qui me tient à coeur, je te remercie du fond du coeur d’avoir su retranscrire et partager si élégamment et si profondément ce désir qui nous (r)éveille.

    Compter sur soi afin d’entreprendre avec les autres tout en restant fidèle à soi… let’s continue!… en commençant par imprimer ton très beau texte afin d’y trouver l’énergie et la sagesse dans les moments de doute, d’incertitude et d’adversité.

    • Céline

      Cher Bruno, merci de ton passage ici. Comme je te l’ai déjà dit, le doute, l’incertitude et l’adversité font partie du « jeu »… il ne faut pas chercher à les chasser, simplement à en faire quelque chose. Voir toujours plus loin, plus grand, plus haut que les obstacles…

  • Anh

    Merci Céline… Merci d’être toi, le coeur sur la main et de nous faire partager ces moments si personnels et si forts.

    • Céline

      Merci Anh. Cet article m’a « travaillée » un certain temps avant que je n’Ose le publier. Mais s’il peut être un phare dans la nuit pour certains, comme moi-même j’en ai trouvé sur mon chemin… je me dis que ça peut aider. A bientôt !

  • cattiau

    merci pour cet article ; juste te dire que j’adhère à 100% à tes conseils pro, très vite dans ma vie professionnelle je me suis rendu cpte que l’humain c’est la clef… et que tout ça on ne l’apprend pas ds les études c’est la vie qui te l’apprend ts les jours ; ayant moi-même vécue des situations de vies qui m’ont amenées à vivre pleinement ce que tu exprimes, j’ai l’habitude de dire que dans ma vie j’ai connu des hauts à la hauteur de mes bas… et que c’est bien comme ça car c’est ces expériences de vie qui ont construit mon « intelligence », ma sensibilité humaine ! au plaisir de te rencontrer au mamcafé chambérien d’octobre si je ne me trompe
    Virginie CATTIAU, qui reprend la suite de Nadine pour le grpe mam de chambéry avec Stéphanie PERROT

    • Céline

      Virginie, ravie de faire ta connaissance ici ! Je me réjouis de passer par Chambéry en octobre et de partager cela avec vous et les lyonnaises. Merci pour ton commentaire et à très vite donc !

  • Sandrine

    Chère Céline,
    Votre superbe article me parle tellement !
    Je m’apprête à fêter les 6 ans de ma petite entreprise : plus d’1 million de visiteurs et pas loin de 100000 faire-part fabriqués…
    En même temps, je « fête » mes 6 ans de lutte contre mon cancer : opérations, rechute, traitements à gogo, la totale…

    Jusque là ,je me disais « mais comment ai-je fait pour tenir ??? »
    Et à présent, une autre petite question me trotte dans la tête : « et si il n’y avait pas eu le cancer, aurais-je eu la même ferveur à faire vivre ma petite entreprise ? »

    Aujourd’hui, à nouveau en rémission, mais tout de même encore un peu la peur au ventre, plus que jamais, j’ai envie de faire vivre les projets qui se bousculent dans ma tête.

    Votre article m’a interpellée ! Je m’y retrouve mais il me donne aussi une bien jolie bouffée d’énergie pour poursuivre. Merci !!!

    • Céline

      Chère Sandrine, merci pour votre partage en toute sincérité, c’est certain que « l’énergie de la survie » décuple les ressources et les capacités. Elle donne une saveur beaucoup plus prononcée à tout ce qu’on fait, comme s’il y avait urgence… urgence à s’ancrer dans le moment présent, tout simplement… Je vous souhaite une très belle continuation personnelle et professionnelle. A bientôt !

  • delphine

    Le meilleur moyen de te remercier, c’est …de PARTAGER !
    pour moi,c’est fait !

    • Céline

      Merci Delphine, partagez, partagez, c’est le meilleur moyen de continuer le changement… ensemble… !

  • natalia b.

    Bonjour Céline,

    en lisant votre article, je me disais que la bio-diversité se tenait moins dans les différences que dans le « panaché » ou « la palette » des voies qui mènent au bonheur. En effet pas de mode d’emploi, mais le coeur s’exprimant à travers des milliers de regards posés sur la vie…Dieu que c’est encourageant d’aller dans la même direction, se sentir heureux!
    Nous sommes de merveilleux compositeurs, chacun avec son authentique expression….il y a de la noblesse d’âme à « être conscient de la vie, ici et maintenant ».
    Merci.

    • Céline

      Natalia, dans ce monde être soi c’est être différent, alors que les différences sont ce qui nous relient… Personne n’a la même vie et pourtant on peut se retrouver autour d’un article comme celui-ci. Au-delà du partage de ma propre expérience, je crois que nous sommes nombreux à aspirer à la même chose : être unité entre ce qu’on est au fond et ce qu’on fait au quotidien. Revenir aux fondamentaux pour ne pas s’écarter de sa propre voie… Le travail de toute une vie !

  • Aurélie Perles de Voyages

    Ma belle, que ton article, une fois de plus, résonne en moi, en mon coeur…
    merci !
    je vis quelque chose d’incroyable dans ma vie….grâce à moi et mais grâce à toi et toutes ces belles personnes qui m’entourent….
    MERCI MERCI MERCI la vie

    • Céline

      Aurélie, je suis ravie pour toi, et impatiente de savoir ce que tu vis d’incroyable 😉 Tu me dis en MP ?! Comme je te dis à chaque fois, à force d’y croire, ça finit par payer !

  • Leroy Kristin

    Bonjour Céline, Cet article me laisse sans voix comme d’habitude, mais je ne peux plus juste sous-mariner. Merci de partager ainsi et d’être aussi inspirante. J’adhère à tout ce que vous dites. Et notamment au fait que l’on ne peut compter que sur soi. On peut-être très bien entouré, mais au final, les ressources ne sortent que de nous. Etre chef d’entreprise, c’est allez chercher nos ressources au fond de soi. La notion de grand 8 me fait du bien aujourd’hui où je me sens plutôt dans un creux, merci de le rappeler.

    • Céline

      Bonjour Kristin, merci à vous d’être sortie du sous-marin 😉 Et effectivement être entouré est vital dans la réussite de l’entreprise, mais SAVOIR s’entourer c’est autre chose. Et ça n’est possible qu’à partir du moment où on est allé voir en soi qui on est, où on en est, où on veut aller. Offrir le meilleur de soi pour recevoir le meilleur des autres, à titre professionnel comme personnel.

  • Christel Cloteaux

    Merci pour ce beau cadeau Céline. Je garde ces 6 « commandements » sages et de bon sens dans un coin de ma tête…j’irai piocher dedans régulièrement je pense. Et j’apprends par coeur « le lâcher-prise »…tout un concept pour beaucoup d’entre nous. Belle journée et belle vie.

    • Céline

      Merci Christel, le lâcher-prise est un concept jusqu’au jour où ça devient une nécessité vitale… Relativiser permet de passer de la théorie à la pratique. Je me dis toujours qu’après ce que j’ai vécu, rien de pire ne peut m’arriver, donc rien n’est vraiment grave, on trouve toujours des solutions… Belle journée et belle vie à vous aussi !

  • Juliette

    Quelle belle leçon de vie ! Pour une étudiante comme moi qui n’est pas encore trop sûre de ses ambitions professionnelles, ça fait du bien et ça motive de lire un article pareil ! Merci.

    • Céline

      Bonjour Juliette, j’aurais aimé entendre ce discours quand moi-même j’étais étudiante, alors je suis contente de lire que cela vous motive. Ne lâchez rien 😉

  • CARPENTIER

    Bravo et merci pour ceux et celles qui prendront conscience que la vie ne tient qu’à un fil et que nous sommes avant tout des humains et non des surhumains….
    Il faut profiter de tous les instants, être positif, sourire à la vie et veiller à notre bien être intérieur….
    Je garde en mémoire les 6 commandements qui sont essentiels et je les partage aussi….
    Pourquoi ne pas en faire un livre maintenant ?
    Encore merci et bonne continuation.
    Sophie

    • Céline

      Bonjour Sophie, comme je l’ai dit plus haut, ce que j’ai à écrire je le partage ici, le reste c’est entre moi et moi 😉 Donc pas de livre en perspective, mais l’envie de continuer à partager ici et dans mon travail. Et oui n’oublions pas l’essentiel : nous ne sommes que des humains… !

  • Delphine

    Celine, cet article est magnifique. On y sent toute ta generosite et les experiences de la vie que tu as du traverser. Bravo pour ce partage plein d’humilite et de force interieure.
    « C’est seulement en renonçant à la résistance, en devenant vulnérable, que vous pouvez découvrir votre véritable et essentielle invulnérabilité » Eckhart Tolle
    Chaleureusement,
    Delphine

    • Céline

      Bonjour Delphine et merci pour cette citation qui me parle beaucoup, elle reflète tout à fait ce que je vis actuellement. Au plaisir de continuer le partage et l’échange. A bientôt !

  • isa bel

    le titre de ce post pourrait être « comment être heureuse dans la vie ». Merci beaucoup Céline, bonne rentrée (heureuse de vs retrouver) et beau week-end à tous.

    • Céline

      Bonjour Isabel, à la nuance près que je ne dirais pas que je suis heureuse MAIS que je suis en accord avec moi-même. Avec tout ce que cela comporte d’acceptation de ma part « d’ombre ». « Lâcher-prise, c’est ne plus désirer être heureux à tout prix »…

  • Hélène

    Je garde ce billet dans mes favoris. Merci !

    • Céline

      Merci à vous Hélène !

  • mel-boda

    Je suis conquise, émue, en empathie, chahutée. C’est ainsi que j’essaie de construire ma vie chaque jour, de concilier toutes les responsabilités, de construire un beau projet pas à pas sans oublier ceux que j’aime et qui sont là pour soutenir mes ambitions!
    Je suis idéaliste et j’aimerais que tout le monde vous lise et comprenne!
    Chapeau bas, vous écrivez magnifiquement bien et vous savez mettre les mots sur les émotions. C’est un plaisir de vous lire et de savoir que d’autres gens sont comme ça!

    • Céline

      Merci mel-boda, je partage avec vous cette phrase qui m’accompagne toujours : « Les passionnés tentent de soulever le monde pendant que les sceptiques le laissent s’enfoncer ». Si le monde change et évolue c’est grâce aux idéalistes.

      Quand j’ai passé mon master de communication visuelle, on m’a dit que mon sujet était très bon et mais trop idéaliste. Quand j’étais sur le marché du travail on me disait que mes idées étaient bonnes mais trop idéalistes. Quand j’ai créé mon entreprise on m’a dit que l’idée était bonne mais trop idéaliste. Aujourd’hui je vis de mon idéalisme. Donc ne vous reniez pas et servez-vous en pour avancer, coûte que coûte, vaille que vaille !

  • Anita

    Bonjour Céline,

    Magnifique article, plein de bon sens et de valeurs humaines que je partage. Il m’a vraiment touché.
    Comme toi, j’envisage mon métier et ma vie dans ce sens et c’est pourquoi j’y prends autant de plaisir.
    J’espère que tes mots atteindront certains dirigeants…

    Donc à transmettre sans modération !!
    Je t’embrasse
    Anita

    • Céline

      Merci Anita, j’espère aussi et j’ai bon espoir. A très bientôt !

  • Ferdine

    Divine Céline,

    Si te lire aujourd’hui réjouit mon âme et mon cœur, te rencontrer hier a illuminé ma journée… Merci d’exister mon âme sœur, le monde a tellement besoin de toi afin que, grâce à l’amour et le partage, notre terre devienne enfin une Terre de lumière…

    Tes confidences sont une belle déclaration d’amour à l’humanité. Les mots tracés sur une page blanche ne sont-ils pas les empreintes séchées de notre sang ? Lorsqu’une de mes larmes échoua sur ta page web qui appartient à l’intime, le théâtre de ma propre vie se ranima… Ton texte aux propos profonds mêle témoignage humain et message universel. Je veux à mon tour partager avec toi une leçon de vie récente:

    16 juin 2012 – Le rude été parisien paré d’une rivière de larmes et d’un ciel mélancolique m’accueille à l’aéroport. Mes baskets neuves compensées en daim beige commencent déjà à râler de dépit.
    A travers la vitre embuée du taxi qui m’emmène à Bagnolet, je regarde le film de mes trois années passées sur l’île de Beauté. Sous le soleil torride d’Ajaccio, j’ai organisé un retour précipité sur la capitale afin de mettre un point final à une relation déceptive et à une carrière inexistante.

    Gorgée de lassitude, je souris tout de même au souvenir de mon unique satisfaction intellectuelle des derniers mois qui consistait à initier des débats sur un réseau social et professionnel notamment sur l’humanisation du processus de recrutement. Je ne me doutais pas au moment où je foulais à nouveau le sol parisien pour me reconquérir et construire une nouvelle vie que des rencontres virtuelles sur ce réseau allaient changer ma vie à jamais.

    Je suis de retour sur la terre de ma naissance. Une femme de quarante-huit ans, sénior pour les employeurs, éternelle jeunesse pour son entourage, porteuse d’un parcours professionnel atypique et d’un lourd passé familial dont elle souhaite se dégager pour se retrouver et renaître à la vie.

    Une chose est sûre : je ne resterais pas prisonnière d’un passé qui m’est devenu étranger et insupportable quand bien même j’en sois l’auteur et l’actrice principale. Je veux écrire et jouer un nouvel acte de ma vie sans me retourner sur les toiles d’araignées. Je pressens les difficultés et les efforts à fournir pour muer, pour combattre les schémas négatifs et pesants. Tel le nouveau-né, je veux partir nue dans le monde pour le redécouvrir des étoiles pleins les yeux, animée d’un désir ardent de bien agir et réussir.

    Mon plan est simple car je n’en ai pas : je me laisserai porter par mes seuls ressentis, désirs, intuitions face aux opportunités ou évènements à venir.

    2 mois plus tard, au 25 août 2012, le constat tombe comme un couperet : de nombreuses portes se sont ouvertes dont un projet magnifique pour lequel des experts m’apportent à titre bénévole leurs lumières, compétences, contacts, moyens quels qu’ils soient aux fins de réalisation de mon objectif.

    Le secret? Tu l’as parfaitement énoncé Céline : être en accord avec soi-même, se laisser porter par son instinct, déployer ses ailes et dédier son énergie à un seul objectif, laisser place à la spontanéité, le dépassement de soi malgré les peurs, écouter avec les yeux,… J’ajouterai rêver… Mon crédo : agis dans ton lieu… et pense avec le monde.

    Bon vent à tous,

    Ferdine

    • Céline

      Ferdine, merci pour ce partage, à ton image, merci pour notre rencontre, qui fait partie de celles « qui aident a orienter ma vie », merci pour la douce folie et la profonde légèreté que tu mets à être toi. A très vite !

  • Yveline GLAUDE-BRECY

    Que dire ? Je vais avoir l’air bête, mais peu importe !

    Votre article m’émeut… Je m’explique :

    Je crois que j’ai créé mon blog pour répondre à un besoin de partager, de communiquer et d’apprendre.

    Découvrir votre écrit plein de profondeur et de sagesse est un vrai bonheur.

    Merci d’avoir partager votre réflexion.

    A bientôt.

    Yveline.

    • Céline

      Merci Yveline et bravo pour votre blog : « JE VEUX ÊTRE HEUREUX. J’AGIS. Je ne me lamente pas, je me bouge maintenant, je n’attends pas d’aller mieux ». Que de belles énergies ici ! Il est bon d’avoir des réflexions, il est génial de les partager.

  • Régina

    Tout est dit, Magnifique. A imprimer et lire tous les jours jusqu’à ce que ça rentre dans nos petites têtes blindées.

    • Céline

      Reg, merci de ton passage et message ici, et oui à rentrer dans ta petite tête pas si blindée 😉

  • SL

    Bonjour Céline 🙂

    J’ai adoré cet article qui tombe à pic pour la rentrèe. Tes mots aident à rester connecté à son âme, ses ressentis profonds tout en demeurant ouvert aux surprises et à la nouveauté…C’est très juste et très touchant aussi.
    Bravo à toi d’avoir sur entendre de manière positive les messages de la vie, d’avoir choisi de ne garder que le meilleur à l’esprit et de toujours tout tranformer en or.

    Tu m’inspires 😀

    Merci, merci!!

    Je t’embrasse,

    SL

    • Céline

      Merci SL, inspiration réciproque, merci pour ce tu m’as apporté ces 13 derniers mois. De l’or en barre !

  • Kosko

    Merci.

    • Céline

      You’re welcome.

  • Laurence

    Merci Céline pour cet article magnifique. Les mots sont bien choisis, et résonnent toujours longtemps avec un écho si particulier. Merci pour cet échange plein d’optimisme et d’allant. J’aime le lire et le relire et il se déguste et se savoure. A partager encore une fois sans modération. Encore merci.

    • Céline

      Merci Laurence. A bientôt !

  • laurence

    Bel article, emprunt de sincérité, avec ce supplément d’âme qui créé un irrésistible charme. Merci à toi 🙂

    • Céline

      Merci Laurence.

  • Sofi

    Bonjour Céline,

    Merci pour ce que vous êtes, pour toute cette chaleur, lumière, beauté, bonté, douceur, bienveillance, sincérité…et j’en oublie.

    Et puis cette citation de Bob Marley, tellement vraie:
    « Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu’au jour où être fort reste ta seule option ».Bob Marley

    Cette phrase résonne si fort en moi depuis si longtemps.

    Je suis profondèment émue et admirative, si heureuse de vous avoir rencontré…..

    Peut-être qu’un jour j’aurai les bons mots, les mots juste pour exprimer ce que je ressens.

    Merci aux Anges, à mon amie Caroline,à mon « moi profond « qui m’ont aidé à faire le choix de parcourir une « tranche » de vie avec vous. Il n’y a pas de hasard! A très vite!

    • Céline

      Bonjour Sofi, merci pour votre commentaire qui m’encourage à continuer, je suis aussi certaine que nos tranches de vie ont beaucoup à s’apporter. Je vous dis à très vite pour en parler !

    • Céline

      Bonjour Vanina, merci pour votre enthousiasme ! Je sais que cet article reflète une réalité encore trop méconnue, donc merci pour vos partages qui contribueront, j’ose espérer, à remettre l’humain au coeur de l’entreprise ! A bientôt.

  • Blandine

    En pleine tempête et introspection, en pleine phase de renaissance aussi, je lis ces mots et ma voix interieure sourit…
    Merci

    • Céline

      Bonsoir Blandine, « écoutez votre voix intérieure et n’ayez pas peur et les portes s’ouvriront la où vous pensiez qu’il était impossible d’aller » – Joseph Campbell

  • Pitilico

    Je viens de tomber par hasard sur votre blog! J’en suis déjà fan en lisant cet article, j’ai hâte de découvrir les autres.

    Merci.

    • Céline

      Merci Pitilico et bienvenue ! Vous êtes le 100ème commentaire sur cet article 😉

  • Flo

    Ma chère Céline,

    Presque 2 mois après la publication de cet article, j’ai eu une folle envie de le relire. Je le découvre sous un nouvel angle ce qui est tout à fait évident étant donné le chemin de transformation profonde dans lequel je suis.
    Je fais le lien avec un article lu ce matin dans le nouveau numéro de L’Inexploré « L’énergie du talent ». « De quoi serions-nous capable sans les limites créées par nos peurs?… »
    Cet article a une telle vibration qu’il était important que je m’y connecte pour retrouver du Sens dans mon chemin.
    Merci beaucoup. A très vite de te lire -)

    • Céline

      Bonsoir Florence, est-ce que l’article dont tu parles est visible en ligne ? Peux-tu nous mettre le lien ? Cet article a fait du chemin depuis sa publication le 23 août… plus de 5000 lectures et tous ces commentaires et partages… Je suis ravie qu’il contribue à éveiller les cœurs et les esprits. À très vite !

  • Phil

    Le sourire intérieur qui m’éclaire est plus que tous les mots que je pourrais écrire.
    « Humaine » hors du commun , tu es par cet article la petite bougie qui brille dans l’obscurité et redonne espoir à tant de gens égarés .
    Merci d’avoir ouvert la porte. Je vais partager dare dare sur tous réseaux sociaux.

    a très bientôt
    Phil

    • Céline

      Merci Phil pour ton commentaire qui me va droit au coeur. J’ai visité ton blog, on se comprend. A bientôt.

  • Mariane

    Bonsoir Céline,

    Il y a des jours comme ça où l’on se dit : « Bon, j’ai déjà bien avancé, mais là … je sens que je stagne, je n’avance plus … Ai-je fais les bons choix ? Vais-je y arriver ? Elle est où la solution ? Quels choix faire … etc … etc … Et paf ! Juste à ce moment là, je croise le chemin de Yves Bonis et du tien ! A vous lire tous les deux, je vais très certainement trouver les réponses à mes questions. Merci d’avoir mis des mots sur ce que j’ai commencé à traverser, sur le chemin qu’il me reste à parcourir. Seule frustration, avoir des difficultés à partager cet état d’esprit avec mon entourage proche … Et un enseignement : il faut savoir se faire aider. J’en suis là. Je n’y arriverai pas toute seule… Je vais donc me mettre en quête.
    Merci du fond du coeur pour ton généreux partage.
    A très bientôt de te lire régulièrement.
    Mariane

    • Céline

      Bonjour Mariane, tu as déjà toutes les clés en main : avoir commencé ton chemin, avoir cerné tes frustrations, comprendre que tu as besoin d’être aidée et entourée, partir en quête de ce qu’il te manque… exactement dans cet état d’esprit que j’ai créé mon entreprise en 2010.

      J’ai senti une petite ouverture dans laquelle je me suis engouffrée corps et âme, j’ai déroulé mon fil rouge, et comme je le dis toujours : depuis 3 ans, j’ai passé mon temps à rencontrer les bonnes personnes, aux bons moments, aux bons endroits.

      La vie ne m’a pas épargnée, mais paradoxalement elle ne m’a jamais laissée tomber. Il y a une part de ce qu’on décide, et une part de ce qu’elle décide… et si on n’accepte pas de faire avec, on peut passer sa vie à ruminer. Moi je me suis mise de l’autre côté, comme une évidence, c’était comme ça, pas autrement. Et ça marche, et ça paie. De plus en plus. Donc never give up !!

  • Sophie Eon

    Merci beaucoup pour cette definition de l entrepreneur , ca fait chaud au coeur , nous sommes avant tout des êtres humains face a nous même , entourés mais tellement seuls ….. merci encore , je vous souhaite une agreable journee

    • Céline

      Merci à vous.

  • Gérard Douarinou

    Bonjour, et un grand merci Céline ! que çà fait du bien ! je retrouve dans ton article mon questionnement de ces dernières semaines. En tant que praticien en massage de bien-être et de relaxation,au moment de développer mon réseau de clientèle, à 61 ans, tout me disait que mon véritable fond de commerce est ma capacité à être ce que je suis simplement. J’ai beaucoup cherché, tâtonné,pour essayer de comprendre ce qui clochait en moi : j’avais oublié d’être durant toutes ces années passées…un ETRE HUMAIN. Autour de moi, les uns et les autres s’efforçaient de me le faire comprendre, et toi, par ton article tu as posé les mots justes, là sur mon « mal » Ton témoignage est un précieux trésor pour moi qui va accompagner mon chemin, tel un mode d’emploi vers la réussite, maintenant que je sais que, le mal identifié, je suis en voie de guérison. Cordialement

    • Céline

      Merci Gérard pour ce précieux partage !

  • Béatrice

    Je suis en plein apprentissage du lâcher-prise, de l’avancée positive, de l’écoute de soi, de la confiance en ses choix instinctifs, et je constate que j’avance vers la sérénité chaque jour.

    Je garde votre texte près de moi.

    Un très grand merci.

  • regine

    bonjour sa fait beaucoup de bien de lire ses mots , je crois que je vais les garder sous le coude pour avancer dans ma vie merci encore biz regine

  • 6 leçons de business que la vie m'a appr...

    […] Céline Boura, consultante et formatrice en identité de marque, partage les 6 leçons de business que la vie lui a apprises en traversant des épreuves personnelles éprouvantes  […]

  • KOEHNLEIN

    Une vraie source qui recentre notre existence sur l’essentiel . Merci pour cette délicieuse lecture !

  • PATRICIA

    Bonjour Céline. J’ai mon supérieur (pas encore un ami mais j’espère qu’il va le devenir très bientôt) qui vient de me parler ce midi de leçon de vie. Je voulais savoir ce que cela voulait dire exactement et en recherchant sur le web je suis tombée sur ton guide en 6 leçons. Il est tout à fait le bienvenu pour moi et dans ma vie. J’admire ta ténacité à avoir avancé dans cette épreuve que tu as du traverser. C’est une belle leçon de vie que tu nous donnes là. Mon « boss » m’a permis de lâcher prise depuis mi-juillet lors d’un week end, sachant que comme toi je traverse une période difficile : baisse d’activité importante (je suis conseillere en gestion de patrimoine), vente de ma maison pour divorcer et garde alternée des enfants. Donc période éprouvante. Difficile d’être sur tous les fronts. J’ai décidé depuis le mois d’août de faire du sport (footing, natation, canyoning parfois) pour perdre environs 15 kilos pris depuis 2ans dû au stress de la situation qui trainait en longueur. Je mange mes repas équilibrés et depuis 1mois 1/2j ‘ai perdu 4kgs sur les 14 envisagés. Mon light motiv avancer. Ne plus regarder en arrière. Prendre ma vie en main et ne plus tout subir comme c’était le cas jusqu’à aujourd’hui. Etre maître de ma vie et surtout celle que je décide de me construire. J’ai 46ans et j’ai encore de belles années à vivre. C’est vrai qu’il faut voir le verre à moitié plein plutôt que vide, c’est une de mes devises.
    Je veux m’inspirer de tout ce que tu as écrit pour les jours où une baisse de moral peut survenir malgré tout. J’aimerai garder sur moi une copie de tout ce que vous avez écrit. Serait-il possible que vous m’envoyiez cela sous format Word ? Merci beaucoup. Je suis sur la région Midi-Pyrénées. De quelle région êtes-vous ? Dans l’attente de vous lire et merci encore pour cette belle leçon de vie et courage.

    • Céline

      Bonjour Patricia, merci pour votre témoignage, vous pouvez imprimer mon article et le garder sous les yeux quand bon vous semble 😉 Je suis sur Paris. Bien à vous et tenez bon !

  • Alexandra

    Bonjour,
    Merci et bravo pour cet article, très bien écrit, et plein de sensibilité et de vérité !! Enfin un article humain à propos de l’entrepreunariat ! Je me retrouve complètement dans plusieurs des points évoqués !
    Alexandra

    • Céline

      Merci Alexandra, ravie de voir l’écho qui continue à se propager 2 ans après… bien à vous.

  • Revéret

    J’approuve! Jolie leçon de vie…
    J’espère que depuis l’écriture de cet article que je découvre aujourd’hui le chemin est toujours mené par cette belle énergie positive.
    Bonne continuation
    Isabelle

    • Céline

      Merci Isabelle pour votre commentaire. Oui plus de 2 ans après l’énergie est la même, avec ses montagnes russes toujours, mais plus apaisées et dans l’alignement juste. Merci à vous et à bientôt.

  • Danielle D.

    Ouahh!! Le luxe d’être soi: finalement l’une des choses les plus difficiles!

Publier un commentaire